Rachid Boutlélis

Mercredi, le maire de la municipalité d’El Ançor a été tabassé par un groupe d’individus, qui ont subitement fait irruption dans le bureau du chef de daïra, où s’étaient réunis les responsables locaux concernés par la distribution de 500 logements Lpl, prévue aujourd’hui, samedi, dans ladite commune. Le chef de daïra, le secrétaire général, le maire d’El Ançor et le vice-président de cette Apc, se sont regroupés pour écouter et prendre acte des doléances des postulants mécontents de la confection de la liste de ce quota de logements, lorsque soudainement les assaillants ont investi les lieux. Selon des témoins oculaires de cet incident hautement gravissime, inconcevable et inédit dans les annales, le groupe composé d’une vingtaine d’individus environ, qui a assiégé le bureau du chef de daïra pour agresser le maire d’El Ançor, semblait roder à ce genre d’expédition punitive et n’auraient éprouvé aucun état d’âme. « Ils ont perpétré leur forfait avec sang froid sans se soucier des présents, ni du lieu de l’agression et encore moins des présents » a fait remarquer avec amertume notre interlocuteur. Selon d’autres témoignages, le P/Apc s’est affalé sur le plancher sous la pluie de coups qui lui ont été assénés méthodiquement avec une violence extrême. « Ils ne semblent nullement être des amateurs et ne sont apparemment pas concernés par les logements. Ils ont agi en gardant une certaine présence d’esprit. Ils ont donné l’impression qu’ils s’acquittaient d’une mission commandée », a encore souligné notre interlocuteur, qui s’est interrogé légitimement « sur le rôle de la sécurité affectée en ces lieux ». Notons que la victime a été évacuée vers le service des urgences de l’hôpital Dr Tami Medjbeur. Une plainte a été déposée auprès du parquet. Le P/Apw a été également saisi de cette affaire, qui a semé un mélange de sidération et d’effroi parmi la population d’Aïn El Turck. Par souci d’équité, nous avons vainement tenté de contacter les concernés par cette morbide affaire.