Hanane Hamouda

Le centre de l’enfance assistée 02, a enregistré une nouvelle fugue d’un enfant, un incident qui s’ajoute à 12 autres cas ces 5 dernières années.
Selon les informations, ce centre est réservé en principe aux enfants nés sous X, mais certaines catégories, notamment les adolescents qui ont fait l’objet de poursuites judiciaires et en l’absence d’un centre de détention pour mineurs à Oran, sont placés dans ce centre en tant que catégorie vulnérable loin de leurs familles pour les réinsérer par la suite dans la société.
Dans ce cadre, nous avons appris que 50% des pensionnaires du centre de l’enfance sont des adolescents délinquants qui devraient être placés dans un centre spécialisé, ce qui a augmenté le nombre de cas de fugue depuis quelques années.
L’autre souci est que ces adolescents à antécédents sont placés pour une courte durée avec les pensionnaires permanents qui sont les enfants nés sous X, ce qui perturbe la prise en charge adéquate à des fins d’insertion sociale.

Une double tâche qui ne fait pas bon ménage

Des cadres relevant du centre de l’enfance assistée, ont appelé récemment « à séparer les enfants nées sous x, et les autres enfants délinquants pour une meilleure pris en charge de cette catégorie sociale », ajoutant que « cette cohabitation et totalement inhérente et peut conduire à des effets contraires aux objectifs escomptés. ». Selon nos interlocuteurs, « les enfants délinquants doivent être placés selon la réglementation dans des centres de détention et de réinsertion pour mineurs ou dans des ailes spécifiques dans les centres d’incarcération, leurs prise en charge doit être complètement différente de celle des autres catégories des enfants ».
Ils réitèrent que « la prise en charge des deux catégories au même endroit ne peut être bénéfique ni pour les uns ni pour les autres puisque les méthodes de prise en charge sont différentes ».