Linda Otsmane

La commune de Mers El Hadjaj aura bientôt sa station dessalement de l’eau de mer. Le projet sera implanté sur une superficie de 40 hectares dans la zone industrielle de la collectivité locale, apprend-on d’une source municipale, et ce une fois que la Direction de l’Hydraulique de la Wilaya procédera au choix de l’entreprise de réalisation dudit projet. « Des facilités d’ordre administratif ont été octroyées par la direction, afin d’assurer le bon déroulement du choix du soumissionnaire qui prendra en charge la réalisation de ce grand ouvrage », affirma notre source. Une fois opérationnelle, la future station d’épuration produira quelques 500. 000 m 3, ce qui apportera un plus à la population en matière d’alimentation en eau potable et renforcera la quantité d’eau que sert la station Kahrama par le biais de l’actuel projet de dessalement de l’eau de mer. Chapeauté par la Ministre de l’Energie et des Mines, le dit projet devrait impliquer plusieurs institutions, comme l’Algérienne des eaux et la direction de l’hydraulique dans le cadre de l’application de la stratégie ministérielle visant le renforcement de l’alimentation en eau notamment dans les zones accusant un déficit hydrique. « La zone d’exploitation touristique (ZET) de la Commune de Mers El Hadjaj, s’étendant sur une superficie de 147 hectares, n’est toujours pas exploitée, en raison du déficit en eau surtout en période estivale où le nombre de la population se multiplie 4 fois le nombre de la population sédentaire. Ce qui nous oblige à avoir recours aux colporteurs d’eau pour résoudre le problème. Une solution qui a souvent des résultats négatifs, car l’eau vendue dans les citernes a tant exposé la population aux MTH (Maladies à Transmission Hydriques), vu que la plupart des colporteurs ne sont pas contrôlé », dira notre interlocuteur.