Hanane Hamouda

«Les piscines publiques resteront ouvertes durant le mois d’août », a déclaré un responsable au niveau de la direction de la jeunesse et des sports de la wilaya d’Oran expliquant que « les équipements de filtrage de l’eau de ces piscines ne doivent pas arrêter de fonctionner pendant tout un mois, cela pourrait engendrer des complications techniques, les piscines doivent de ce fait rester ouvertes.».
Ceci est une bonne nouvelle pour les adhérents à ces piscines les amateurs ou ceux affiliés à des associations sportives qui sont d’ailleurs les seuls à accéder à ces piscines situées dans différentes communes à l’exemple de Boutlilis, Gdyel, Oued Tlelat et autres. En fait lorsque ces piscines ont été réalisées l’objectif annoncé était de permettre aux habitants de ces localités notamment les démunis d’en profiter, notamment en été pour ceux qui n’ont pas les moyens de se rendre à la plage. La réalité est autre, pour accéder à ces piscines il faut payer un droit d’adhésion d’environs 3000 D.A, une carte qui ouvre le droit à 08 séances par mois, ceci pour l’accès libre. L’autre formule réservée aux enfants consiste en l’adhésion à une association sportive pour 2000 D.A par mois pour trois séances de natation par semaine. Ces associations disposent chacune d’un couloir dans la piscine gratuitement mais font payer aux enfants l’accès au bassin. La wilaya d’Oran qui a été il y a peu de temps la capitale sportive de la méditerranée, compte 06 piscines olympiques et semi-olympiques publiques, appartenant à l’état, celle olympique de 50 mètres de M’dina J’dida, et d’autres à Hai El Akid Lotfi, dans les communes de Gdyel, Oued Tlelat, Arzew et Boutlelis. Ces piscines abritent les compétitions sportives des clubs de natation.

Les piscines des privés un privilège pour les plus riche

Depuis le début de la saison estivales les piscines du secteur privé celle sises dans des hôtels accueillent le public, mais à quel prix ?
Pour une journée en bord de piscine il faut compter 2000 D.A. Bien évidemment pas question d’apporter sa glacière ou même un petit sandwich, il fat consommer sur place. Ainsi pour une journée piscine, il faut avoir le portefeuille rempli. L’Aqua park n’est pas moins cher que les piscines privées avec une tarification fixe de l’ordre de 3500 DA pour les adultes et 2000 DA pour les enfants, toujours avec interdiction d’apporter à manger. Face à cette cherté les enfants démunies se rabattent sur les jets d’eau et le lac du jardin public pour se rafraichir en faisant un pic dans l’eau pas toujours clean. En fait, les enfants s’exposent ainsi à choper les maladies à transmission hydrique et autres pathologies.