B.M

Après avoir obtenu avec brio 20/20 et la première place nationale au BEM, Cap Ouest a rencontré la lauréate Akkab Affaf, d’El Amria. Elle dévoile aux lecteurs les secrets de cette performance.

Cap Ouest : Dimanche dernier, les résultats du BEM ont été diffusés sur le Net. Quelle a été ta réaction en ce moment crucial ?
Akkab Affaf : avant la proclamation des résultats, j’avais une peur bleue tout comme ma mère d’ailleurs. J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai commencé à introduire mes coordonnées. Franchement, ce n’était pas facile.

Cap Ouest : Tu ne t’attendais pas à avoir cette fameuse moyenne de 20/20….
A.A.: Je n’avais pas cru mes yeux en découvrant cette note. J’avais cru décrocher cet examen avec une moyenne au-dessous des 18/20 du moment où j’avais très bien travaillé dans toutes les matières. C’était extraordinaire

C.O.:Quel a été ton secret pour cette exceptionnelle réussite?
A.A.: Ce résultat est venu par la volonté de Dieu. Mes parents m’ont constamment encouragée et soutenue jour et nuit sur le plan moral et matériel. Je n’oublie pas mes professeurs qui étaient d’un grand appui dans ma réussite et même ma directrice, le surveillant général et tous mes camarades du CEM.

C.O.: Une moyenne de 20/20 au BEM n’est pas une chose courante. C’est une première dans l’histoire de notre wilaya. Quelle est ton impression après cette consécration ?
A.A.: J’ai l’impression de vivre un rêve interminable. J’ignorais qu’aucun candidat auparavant n’avait obtenu cette moyenne. Je remercie Dieu et mes parents qui ont cru en moi. C’est un honneur pour moi de bien représenter la wilaya.

C.O.:Comment vois-tu ton avenir, du moment où les portes te sont ouvertes pour choisir la branche que tu désires ?
A.A.: Pour le moment, je choisis la branche sciences et technologie. Mais si les autorités m’aideraient j’opterai pour le lycée des Mathématiques à Alger. A l’avenir, je veux travailler pour honorer ma famille et ma wilaya.

C.O.:Quels conseils donnerais-tu à tes camarades qui n’ont pas la chance de réussir le BEM ?
A.A.: Je leur dis de mettre Dieu dans votre cœur et n’abandonnez jamais les études. Perdre une année d’étude est mieux que de perdre tout son avenir. Qui ne tente rien n’aura rien…

C.O.: le mot de la fin ?

A.A.: Je remercie beaucoup votre journal de m’avoir considérée. Je remercie, une nouvelle fois, tous ceux et celles qui m’ont soutenue et partagé ma joie.