Linda Otsmane

La localité côtière de Cap Carbon située à une dizaine de kilomètres du chef-lieu de la commune d’Arzew vient de bénéficier d’un programme de sécurité « spécial saison estivale », apprend-on de source sécuritaire. «L’aspect sécuritaire au niveau de cette zone balnéaire, connue pour abriter plusieurs points de vente de débits de boissons alcoolisées, s’est vu renforcé par l’organisation d’un poste de contrôle permanent par les gendarmes de la circonscription d’Arzew», dira un responsable du secteur. «Cette mesure de sécurité, qui permettra de contrôler les clients qui se sont habitués à des soirées arrosées dans les bars situés tout le long du littoral arzewien et au sein même de l’agglomération, bute sur la réglementation des horaires de fermeture des commerces de boissons alcoolisées, y compris les dépositaires, les bars ou encore les boites de nuit», dira la même source sécuritaire. La mise en place de ce dispositif intervient suite aux recommandations des services judiciaires qui se sont attelés à prendre en considération les nombreuses doléances parvenues dernièrement au tribunal d’Arzew. « Après les mouvements de protestation, les habitants de Haï Akid Othmane (ex- Cap Carbon) ont décidé d’adresser des correspondances à l’attention des autorités locales et même au procureur de la République près le tribunal d’Arzew pour déplorer les conséquences générées par la non- réglementation des activités des dépositaires de boissons alcoolisées », dira un riverain. « Un marché noir de vente d’alcool a pris une plus grande dimension ces derniers temps dans cette agglomération, et le mouvement qui règne le soir, porte atteinte à nos valeurs morales », a- t-il ajouté.

Un climat de sécurité s’impose

Dans cette même optique, un groupe d’habitants nous déclarent qu’avec l’installation de ce poste de contrôle, un climat de sécurité commence à se faire sentir progressivement. «Bien que nous craignons pour nos familles et surtout pour nos filles, nous nous sentons impuissants devant cet état de fait, mais nous ne pouvons rien faire, car la plupart des commerçants informels d’alcool, ceux qui exercent au noir, sont des jeunes du voisinage», dira l’un des habitants, qui a rappelé que l’absence d’un contrôle rigoureux a fait que ces jeunes sans emploi ont saisi une opportunité qui s’est offerte à eux pour se créer une activité. Par ailleurs, l’implantation d’un barrage fixe à l’entrée de Haï El Akid Otmane, a pour objectif, selon les mêmes sources, de parer à tous les incidents pouvant ressurgir sur les plages, comme les rixes, les vols ainsi que d’imposer de l’ordre en matière du trafic routier.