Ce n’est même plus la peine de faire la promotion du public algérien, réputé pour être l’une des galeries les plus bruyantes au monde et celle qui se distingue par un fair-play exemplaire. Le public oranais quand à lui a d’autres options d’expression pour son riche palmarès et traditions de créer à chaque occasion la ferveur, l’ambiance et l’animation par ses tours de chants tirés d’un riche répertoire qui remonte à des lustres. Trompettes, karkabou, ovations rythmées et chants en chœur du terroir local, à travers lequel c’est la panoplie de l’histoire séculaire de la ville et de sa région qui est retracée. Un public allant même à donner la chair de poule, motivant les athlètes qui sont appelés à se surpasser et à puiser dans leurs tripes, plus particulièrement quand l s’agit de défendre les couleurs nationales. A l’occasion des jeux méditerranéens d’Oran, des salles et stades archicombles, dans un climat de haut décibel où toute la galerie s’y met.

Kaid Omar

Drapeau national autour du cou ou brandi, chaque spectateur s’identifie à son appartenance à El Bahia même s’il est originaire d’une des nombreuses contrées du pays, du nord au sud et de l’est à l’ouest. Un public uni, solidaire qui est là pour le même objectif. Le triomphe de l’Algérie. Tous les sites ayant abrité les épreuves des deux premières journées de la manifestation affichent complets ou presque. Même des sports moins populaires en Algérie, à l’image du badminton, se déroulent dans une salle omnisports archicomble. L’humour et l’humeur quasi permanents des Oranais en fait le reste dans un décor féérique au bord de la Méditerranée. Les youyous spécifiques qui regorgent des cordes vocales des Oranaises, dans le ciel azur d’El Bahia, et même à Sig, Aïn El Türck, Mers El Hadjaj, aux Andalouses et Arzew en sont la preuve de la présence massive de la gent féminine dans toutes les enceintes sportives. Un tabou levé qui exprime l’émancipation de tout un peuple, le peuple des défis. Dans leurs déclarations d’après combat, les lauréats algériens ont tenu à mettre en exergue l’apport indéfectible du public dans leurs performances, assurant tous avoir réussi à se transcender grâce au soutien des spectateurs. Même impression exprimée par les joueurs de l’équipe nationale de football des moins de 18 ans qui ont été agréablement surpris par la présence en force du public, lors de leur première sortie dans ces JM dans le tout nouveau stade de Sig.

 

Un public en or

Ambiance analogue à la salle omnisports d’Arzew qui s’est avérée, lundi soir, exiguë pour contenir les milliers de fans venus suivre de près la première sortie des handballeurs algériens contre la Turquie. Un match soldé par une belle victoire des Verts dans une ambiance rappelant les moments de gloire du jeu à sept national.
Même lorsque les résultats des représentants algériens dans cette manifestation n’étaient pas à la hauteur des espérances et des attentes, comme c’était le cas pour les sélections nationales de volley-ball (homme et dames), lors de leurs premières sorties dans leurs tournois respectifs, le public algérien, composé de jeunes, moins jeunes et de familles entières, était présent pour donner de la voix en encourageant ces joueurs.

Des retombées bénéfiques pour la promotion d’El Bahia

Les observateurs s’attendent aussi à ce que cet engouement gagne encore en intensité au fil des jours, non sans écarter l’éventualité de voir l’affluence enregistrée pendant l’édition oranaise battre tous les records en la matière, surtout au regard de la belle forme affichée par les athlètes algériens. Les membres du CIJM, qui ont énormément tablé sur cette édition d’Oran pour enclencher le processus de la résurrection des JM, se frottent déjà les mains. C’est la grande fête pour la ville, sa région et l’Algérie. Les 45 millions d’Algériens en sont fiers d’Oran et de sa population, de son public en or et de ses capacités à organiser d’autres compétitions internationales de grande envergure. Ca ne peut que réussir. Potentiel touristique inestimable, infrastructures sportives, parc hôtelier et de restauration de haut standing, Oran se hisse désormais au rang de métropole mondiale moderne aux atouts touristiques spécifiques. Bravo et merci au public, l’Algérie en est fière et reconnaissante. Le monde entier le reconnait. La Méditerranée s’en réjouit. Les détracteurs n’ont plus que leur rage à se mettre sous les dents !