«Les subventions destinées à l’Aide sociale avaient dépassé les 5.000 milliards de dinars en  2021 », affirme samedi Faïd Abdelaziz, Directeur général du Budget au ministère des Finances, précisant que les subventions sur les prix des produits de base profitaient aussi bien aux ménages pauvres que riches.

M. Faïd  qui intervenait lors d’une Journée parlementaire à l’APN, organisée par le groupe parlementaire du Front  El-Moustakbal sur l’accompagnement par le Parlement de la politique de  réforme de l’Aide sociale, a présenté en chiffres les montants affectés au titre de l’actuel système des subventions directes de l’Etat. Il a précisé que le total des subventions directes et indirectes oscillait, durant la période allant de 2018 à 2021, entre 3.900 et 5.130 milliards de dinars, dont 56% de subventions généralisées (2.800 milliards DA).

En 2021, le total des subventions directes et indirectes a atteint environ 5.131 milliards de DA, soit l’équivalent de 23% du PIB, selon les explications de M. Faid qui a précisé que les subventions généralisées s’élevaient à 62% du total de ces subventions, soit près de 3.181 milliards DA (14% du PIB).

S’agissant de la répartition des subventions par nature en 2021, le responsable a souligné que les subventions généralisées se sont déclinées comme suit: 87% des subventions indirectes et 13% de subventions directes, la valeur des subventions directes ayant atteint 402 milliards de dinars, contre 2.779 milliards de dinars de subventions indirectes, dont 96,5% allouées pour subventionner les prix des produits énergétiques, localement commercialisés.

Quant à la répartition des subventions généralisées par type de produit durant la même année, M. Faid a fait savoir que 85% avaient été alloués pour subventionner les prix des produits énergétiques (soit l’équivalent de 2.703,8 milliards DA), 13% (413,6 milliards de DA) pour les prix des produits alimentaires et 2% (63,6 milliards DA) pour ceux de l’eau.

M. Faïd précise que l’Etat algérien contribuait, par son intervention sur le plan socio-économique, au renforcement de la solidarité sociale et à la protection des catégories vulnérables contre toute forme de vulnérabilité et de pauvreté, tout en contribuant au développement de l’économie nationale à travers la promotion des investissements.

Ces subventions directes et indirectes épousent deux formes à leur application: « subventions ciblées » (habitat, santé, retraites) et  subventions généralisées (subventions sur les prix des produits de base,  des produits alimentaires et énergétiques et de l’eau).