L’équipe nationale de football (U-18 ) a hérité -lors du tirage au sort de la 19e édition des Jeux méditerranéens (JM) qu’abritera la ville d’Oran- d’un groupe hautement sensible compte tenu de la situation des relations politiques et diplomatiques avec les trois adversaires du groupe (A).
Les protégés a Mourad Slatni disputeront en effet le billet de qualification pour le second tour contre des sélections où la pression sera omniprésente, en l’occurrence le Maroc, l’Espagne et la France.Le groupe (B) est composé de l’Italie, la Turquie, le Portugal et la Grèce.S’agissant du Maroc, les autorités algériennes ont décidé en août dernier de rompre leurs relations diplomatiques avec ce pays en raison de ses provocations a répétition envers l’Algérie.
Quant à l’Espagne, le revirement inattendu de sa position vis-a-vis de la question sahraouie a entraîné une brouille politique et économique entre Alger et Madrid. Même sur le plan sportif, le commissaire des JM-Oran 2022 Aziz Derouaz a accusé les la délégation espagnole d’équitation de véhiculer des rumeurs et des infondées selon lesquelles la ville hôte n’était pas prête à abriter cette compétition.

Idem pour celle de la France

Ce match prévu contre la France devrait à coup sûr rappeler celui de la finale de l’édition qu’avait abritée l’Algérie en 1975 [13 ans après le recouvrement de la souveraineté nationale] lorsque la politique et l’histoire se sont mêlées au sport.
Rappelons que l’Algérie l’avait emporté sur le score de (3 -2), bien qu’elle fût menée a 10 mn de la fin sur le score de (1-2) avant que Omar Betrouni ne remet les pendules a l’heure et Rabah Menuet ne marque le but de la victoire a la toute dernière minute de la partie.