Le centre de santé de proximité EPSP de Zraa, a entamé ce lundi l’opération des consultations médicales au profit de 700 futurs pèlerins concernés par le Hadj 2022. Ces procédures médicales comprennent des analyses de médecine générale, cardiologie, médecine interne et tests psychiatriques pour permettre aux Hadjis de bénéficier de l’autorisation définitive de pèlerinage, a-t-on fait savoir auprès de la direction de la Santé.
Plus de 5000 doses de vaccins mobilisées
Les services de compétence concernés, ont affirmé que directement après l’achèvement des visites médicales, les Hadjis devront se faire administrer le vaccin anti Covid-19, celui anti inflammation des angines, de la grippe saisonnière et maladies contagieuses, pour lesquelles apprend-on, pas moins de 5000 doses ont été mobilisées.
A noter que le ministère de la Santé et de la Réforme hospitalière, selon laa circulaire N11 parue le 19 mai 2022, émanant de la direction générale de prévention, adressée aux directeurs d’hôpitaux et centres de Santé, a listé les vaccins qui doivent être administrés cette années aux Hadjis, et notamment contre le Covid-19 (Djonson & Djonson, AstraZeneca, and Cinovac, Sputnik et Cinopharm) avant leur départ aux lieux saints de l’islam.
Le ministère a aussi appelé les directeurs des hôpitaux et centres de santé à garantir tous les vaccins que les Hadjis doivent prendre 10 jours avant leur départ, comme une mesure obligatoire, notamment pour les enfants de moins de 10 ans.
Les services de santé compétents dans la wilaya d’Oran ont entamé les opérations nécessaires, dès qu’ils ont reçu la liste des Hadjis concernés de la wilaya, et dont leur nombre est de 700 pèlerins.
L’opération de visites médicales et d’administration des vaccins se poursuivra apprend-on jusqu’au départ du dernier groupe à partir de l’aéroport international Ahmed Ben Bella.
Selon la même circulaire, le Hadji doit se munir d’un pass sanitaire, établi par une instance officielle et comportant la date de son établissement et la date de la prise des vaccins.
Les futurs pèlerins aux lieux saints de l’Islam, précise le ministère, doivent être muni de masque de protection depuis leur arrivée jusqu’au retour au pays, selon les conditions établies par les autorités Saoudiennes.