Linda Otsmane

Plus de 350 manuels entre romans, livres et revues documentaires ont été échangés entre les visiteurs qui ont pris part à la journée ‘’portes ouvertes sur la revalorisation du livre’’ en tant que source de documentation et de culture, tenue en fin de semaine, à la grande placette 1er Novembre au centre-ville sous le slogan « déposer un livre pour prendre un livre ». Organisée par le président du bureau local de l’Organisation Nationale des Jeunes ayant des Compétences scientifiques et professionnelle pour l’Algérie, Nettaf Nasreddine, en l’occurrence, avec le président de l’association culturelle « Tebanna », M. Chaib Mohamed, cette manifestation culturelle, première du genre au niveau d’Arzew a regroupé plus de 200 personnes dont des enseignants universitaires, des cadres de l’élite, des historiens, des écrivains et autres participants des différentes franges de la société, particulièrement des enfants scolarisés et des représentants du secteur éducatif. Selon M. Bouzouina Mohemad Isaad, scénariste, metteur en scène de court-métrages ciblés et écrivain spécialisé dans le domaine des nouvelles théories sociales naissantes, cette exposition est une bouffée d’oxygène qui permettra d’inculquer la culture de la lecture chez la nouvelle génération au moment où la version électronique des livres disponibles sur les moteurs de recherches en forme PDF a pratiquement tué la version papier. «Bien que la nouvelle technologie a beaucoup d’avantages sur le plan de la recherche, cependant la lecture des différentes sources de documentation que ce soit livres ou revues en version papier est plus bénéfique car elle permet au chercheur d’enrichir sa culture et mieux retenir les approches et les connaissances acquises», a-t-il soutenu. Selon M. Nettaf Nassredinne, l’organisateur, l’objectif de cette manifestation est de redonner au livre sa valeur de source principale de documentation. ‘’Notre objectif est d’apprendre aux futurs cadres l’importance de toute la documentation écrite dans la préservation de la mémoire collective. Pour cela, nous tenons vivement à rappeler que notre identité a été préservée grâce aux sources archivées. La version électronique ne pourra jamais être fiable à 100% sur ce volet, contrairement aux livres qui est l’ami de l’intellectuel et l’unique source que ne nous ne pouvons modifier’’.
Un vif hommage
Rappelons que cette journée a vu la participation de la présidente de la commission sociale de l’APC, M. Benyoub Kheira, de l’historienne Kradra Ahlem, de l’écrivain Abdelkader Meski, des membres de l’APW et d’anciens enseignants en retraite, à l’instar de Mme Raho formatrice de plusieurs générations à laquelle les membres de ladite Organisation ont rendu un hommage.