Kaid Omar

Depuis une quinzaine de jours, divers chantiers d’aménagement et d’embellissement se sont Implantés à travers les quatre coins de la cité balnéaire pour des opérations de lifting urbain. Tout avait commencé au niveau des différentes places publiques où les équipes communales ont installé leurs chapiteaux, munies d’engins et matériels pour la circonstance, ainsi que de matériaux de construction pour entamer les travaux entrant dans le cadre de préparation des jeux méditerranéens 2022, et dont El Bahia, sera la capitale, pour abriter la 19ème Edition du rendez-vous des différentes nations qui composent le Bassin Méditerranéen. La capitale de la corniche oranaise, aura l’honneur d’abriter les compétitions de ski nautique et d’aviron, ainsi que le rôle de la base de vie d’un nombre important de délégations sportives des différents pays qui y prennent part. L’Institut de formation et de pédagogie sportive (ex CREPS) sera chargé d’assurer l’hébergement et centre d’entrainement pour les athlètes engagés dans les différentes compétitions.

D’où l’important statut afféré à la coquette cité balnéaire en sa qualité de centre de récupération et de préparation aux épreuves sportives, de par la nature du site dont jouit Aîn El Türck, et le potentiel hôtelier et les stations balnéaires disponibles, ainsi que les infrastructures sportives offertes. Aussi, et afin d’être à la hauteur de l’évènement, les pouvoirs publics en coordination avec le comité d’organisation des JM, la ville se pare progressivement d’un nouvel habit urbain, flambant neuf, à travers le nettoiement, l’aménagement, la pose de pelouses en gazon naturel, la réfection des esplanades et bordures de trottoirs, ainsi que l’installation de lampadaires LED, écrans géants et autres panneaux publicitaires lumineux, où il est prévu également la remise en service de jets d’eau qui ont été mis en hibernation depuis une vingtaine d’années. C’est le cas plus particulièrement des deux espaces publics sis au centre-ville, celle du 1er Novembre (plus connue sous le sobriquet populaire de place Belazreg), ainsi la mythique place du 20 Août ou place Echems. D’autres espaces publics subissent également des travaux d’aménagement, à l’instar de la petite esplanade au centre ville, un site réservé au transport urbain collectif, notamment les taxis et bus.

Opération de réfection de la chaussée du réseau routier urbain

Dans le même contexte, une opération de réfection de la chaussée du réseau routier urbain traversant la route nationale (boulevard principal) depuis l’entrée Est du rond-point ‘’les dauphins’’ jusqu’au niveau de la place du 1er Novembre, est en phase de finition. Sans omettre de signaler les travaux de réfection dont bénéficie la route de la corniche, dans le tronçon reliant les deux localités de Mers El Kebir et Aïn El Türck, avec la pose de murets de sécurité, bordures de bas côté et bitumage d’aires de stationnement le long de la pittoresque route de la corniche, ainsi que la remise en l’état de l’éclairage public et la réservation d’espaces pour les panneaux publicitaires LED. D’autres travaux annexes sont également entrepris touchant les espaces verts et jardins, l’éclairage public et le ravalement des édifices publics de même que les hôtels et résidences situés le long des axes routiers urbains. Pour dire que la capitale de la corniche est entrain de retrouver un regain de santé esthétique après 20 longues années de léthargie et de somnolence. Au grand bonheur de ses 85 000 habitants et des millions d’estivants qui y transitent trois durant pour profiter de meilleures conditions de séjour en dégustant au mieux les bienfaits et les plaisirs de la grande bleue. ‘’Heureusement que les jeux méditerranéens vont passer par là’’ semblent gaiement murmurer les riverains.

Divers aménagements pour l’amélioration du cadre de vie

Toujours, dans le même contexte, divers autres aménagements seront opérés dans le cadre de l’amélioration du cadre de vie du citoyen, à l’exemple de la délocalisation de la station de taxis sise au centre-ville, appelée à être implantée au niveau de l’esplanade jouxtant le bouillonnant marché à puces, dont les travaux de bitumage seront lancés instantanément, sachant que l’espace réservé à ce service public va être libéré pour servir de parking au futur bureau d’Algérie Poste.
Le transport en commun inter urbain subira également une délocalisation, avec le transfert de la station de taxis assurant la ligne Aïn El Türck – Mers El Kebir – Oran sera installée au niveau de la station de bus assurant les liaisons à destination des localités de Fellaoucène, Bousfer et El Ançor. Avec l’implantation d’une seule station de bus reliant les destinations vers Oran, Mers El Kebir, village Fellaoucène, Bousfer et El Ançor. Après une longue somnolence qui a duré deux décennies, la capitale de la corniche semble avoir retrouvé une seconde jeunesse, profitant ainsi de l’aubaine offerte par les jeux méditerranéens. Encore faut-il dores et déjà à songer à opérer l’entretien et le renforcement de ces acquis. Des missions permanentes.