B.B

Quelque trente-cinq projets d’investissement ont été relancés au niveau de la wilaya d’Aïn Temouchent après avoir été gelés pour différentes raisons. La commission chargée d’examiner les dossiers des projets à l’arrêt s’active à lever tous les obstacles qui entravent le lancement de ces projets et leur entrée en service. De source proche des services de la wilaya, on apprend que le parc foncier réservé à l’investissement industriel, touristique et agro-industriel avoisine les 500 hectares répartis entre les zones industrielles et les zones d’activités. Seulement, une moyenne de 35% de ce parc est exploitée alors que la plupart des projets n’ont pas été lancés. Le cas de l’unité de fabrication de câbleries et tuyaux de cuivre et d’aluminium est édifiant à plus d’un titre. Longtemps gelé, ce projet est entré finalement en exploitation pour produire plus de 1.200 tonnes par an et emploie plusieurs centaines d’ouvriers. De par ses potentialités naturelles, la wilaya accorde une attention particulière au secteur du tourisme. Son parc hôtelier a été renforcé par 90 projets ayant reçu des avis favorables. Les projets sont implantés au niveau des zones d’expansion et sites touristiques (ZEST) de Terga, Oued El Halouf, Rechgoun, Sbiât, Sidi Djelloul, Madagh, Bouzedjar, Chatt El Ward, El Mordjane et autres. Il est attendu la création de 1.200 emplois directs et 5.700 autres indirects, selon les déclarations des responsables du secteur.