O. Degui

Une cérémonie a été organisée pour la célébration de la journée nationale de la mémoire, commémorant les massacres perpétrés par l’armée française à Sétif, Guelma, Kherrata et Béjaïa au lendemain de la fin de la deuxième guerre mondial dans la wilaya de Tlemcen. Le wali, accompagné d’une importante délégation, a inauguré une journée d’études de ce massacre, qualifié par beaucoup d’historiens de crime contre l’humanité. Dans ce cadre, 450 foyers ont été raccordés au réseau d’alimentation en gaz de ville à la commune de Dar Yaghmoracen et aux localités de Haï Louz et Ouled Chikh relevant de la commune de Ghazaouet en plus du lancement du projet de réhabilitation et d’extension du réseau d’AEP des localités de Béni Semmoud et Laricha sur un réseau long de 4,15 km.
Auparavant, dans la matinée, la délégation de wilaya s’est rendue au cimetière d’Hennaya pour déposer une gerbe de fleurs au carré des martyrs et réciter la Fatiha. Au niveau de la commune de Mansourah, la cité de Béni- Boublene a été baptisée au nom du chahid Kadri Abderrahmane, avant que le Wali ne se rende au palais de la culture et inaugure une exposition photos d’archives sur la révolution de novembre 1954 et les massacres du 8 mai 1945, véritable crime contre l’humanité que la France refuse de reconnaître jusqu’à présent.