Amélioration notable des conditions sanitaires et allègement du dispositif de prévention contre le virus Corona obligent, les oranais ont retrouvé, durant ce mois de ramadhan, le plaisir et le bonheur de renouer avec l’animation culturelle et les plateaux artistiques proposés par les différents établissements. Les salles de spectacles n’ont pas cessé, tout le long de ce mois sacré, de proposer des programmes des plus animés répondant à tous les goûts.

M. Hamouche

Par familles entières, les oranais se sont rendus dans les lieux où étaient programmés des concerts de musique, des pièces de théâtre, des spectacles de divertissement qui ont contribué à « dégeler » un climat morose et à faire vibrer les cœurs et les corps. Des établissements culturels aussi bien publics que privés, à l’image de l’ONCI, du théâtre régional « Abdelkader Alloula » et le théâtre privé « La Fourmi » pour ne citer que ceux-là, ont brillé de mille feux avec les programmes qu’ils ont concoctés durant tout un mois. Dans un message diffusé sur sa page Facebook, propriétaire du théâtre « La Fourmi », Mohamed Affane a tenu à remercier les artistes qui se sont investis afin de présenter des spectacles de qualité. « Cette année, le théâtre La Fourmi s’est démarqué par la richesse des spectacles mise à l’honneur, des shows de musique, stand-up comédies, pièces théâtrales mais aussi par la diversité des thèmes », écrit-il dans ce message. Le théâtre régional d’Oran(TRO) “Abdelkader Alloula” a accueilli, pour sa part, près de 6.000 spectateurs qui ont assisté aux représentations théâtrales et partagé les galas artistiques organisées durant les soirées ramadhanesques. Le directeur du TRO, Mourad Senouci, s’est dit satisfait de la bonne affluence du public, notamment des familles oranaises, qui s’explique par la qualité du programme proposé : 10 pièces de théâtre présentées par des associations locales et en provenance de la région de Bordj Menaïl et d’Alger, 8 troupes musicales interprétant différents genres artistiques (Andalou, Wahrani et Sahraoui) qui ont égayé ces soirées animées par des figures artistiques connues, ainsi que plusieurs troupes musicales dont une venue de Montpelier (France), une “Gaada” oranaise animée par la troupe musicale des Meddahate, qui a séduit le public. Outre les actions de solidarité avec différentes franges de la société, notamment à l’approche de l’Aïd, l’artiste Leïla Borsali s’est désistée de ses droits matérialisés par des recettes d’argent au profit du centre des ressources théâtrales “Abdelkader Alloula”, créé en mars dernier au niveau de cet établissement, en tant que contribution de sa part et de la troupe musicale dont elle fait partie, pour la sauvegarde du théâtre algérien. Pour sa part, l’Office national de la culture et de l’information (ONCI) a, son tour, proposé un programme des plus alléchants, avec comme point d’orgue, le concert du chanteur Aït Menguellat, qui a drainé la grande foule à la salle « El Maghreb ». Les observateurs et spécialistes du monde la culture s’attendent dans les prochaines semaines à une forte activité artistique à l’occasion du déroulement de la 19ème édition des Jeux Méditerranéens, une opportunité pour faire découvrir aux milliers d’invités nationaux et étrangers toutes les facettes et la pluralité des expressions culturelles de l’Algérie. Que la fête et la joie se poursuivent….