Fakhreddine. A

Les habitants de plusieurs quartiers dans la commune de Hassi Bounif, ne cessent de dénoncer la catastrophe environnementale dont ils font face depuis plusieurs mois, suite à l’envahissement des eaux usées de leurs quartiers après l’éclatement à chaque fois des canalisations du réseau d’assainissement. Les habitants, pointent du doigt les services de la direction de l’hydraulique et même ceux de la Seor, accusant des projets non conformes. Des réparations bâclées durant des années, alors que des milliards de dinars ont été consommés pour un réseau d’assainissement obsolète, et des quartiers entiers à se retrouver submergés par un Oued d’eaux usées.
Les dernières pluies qui se sont abattues sur la wilaya d’Oran, ont encore une fois montré la fragilité de ce réseau d’assainissement, plusieurs canalisations sont éclatées, les eaux usées se sont déversées de haï Chahid Mahmoud jusqu’à l’entrée de Hassi Bounif et Hassi Ameur pour envahir les terres agricoles et même l’autoroute coupant ainsi la circulation sur l’axe Bir El Djir – Zone industrielle de Hassi Ameur. Il est important de signaler dans ce cadre, qu’un budget conséquent a été alloué par les autorités publiques pour la réalisation du réseau d’assainissement notamment pour drainer les eaux usées produites par les unités industrielles de transformation de Hassi Ameur. En effet, en 2017 le ministère de l’industrie a alloué un budget de 65 milliards de cts pour la réhabilitation de la zone industrielle de Hassi Ameur, et une autre somme de 4,5 milliards de cts pour la réalisation d’une station de collecte, où le projet qui a été adopté par la direction de l’hydraulique en 2014 pour la collecte des eaux usées en provenance de tous les quartiers de Hassi Bounif, de Sidi El Bachir et la zone de Hassi Ameur, pour ensuite les drainer vers la station de traitement de Tilamine. Mais ce projet que des milliers d’habitants espéraient qu’il soit concrétisé pour en finir avec le problème d’assainissement dans cette zone n’a jamais été concrétisé. Concernant les 65 milliards alloués par le ministère de l’industrie en 2017, il faut rappeler qu’à cette date un responsable du ministère s’est rendu à Oran où il s’est entretenu avec le directeur de l’industrie à l’époque et des représentants de plusieurs entreprises, sur la nécessité de réhabiliter la zone de Hassi Ameur et d’exploiter ce budget de manière intelligente, notamment pour l’assainissement et l’éclairage public, et malheureusement le plan de réhabilitation n’a jamais vu le jour.