O.D

Le service médecine interne du Centre hospitalier universitaire de Tlemcen (CHUT) a organisé, samedi, une journée de sensibilisation sur le jeûne du diabétique.
Intitulée “le diabétique, le Ramadhan et le dépistage”, l’objectif de cette journée est de sensibiliser le malade sur les risques qui menacent sa santé, voire sa vie en cas de jeûne sans le consentement du médecin traitant.
Cette journée est également l’occasion, à quelques jours du mois sacrée, pour les médecins de mettre en garde les diabétiques contre la consommation excessive de sucreries qui peuvent les exposer à de nombreuses complications, mais aussi de procéder à des dépistages sachant que le diabète est une maladie silencieuse, a expliqué le Dr Zakaria Bensaoula spécialiste en médecine interne .”Nous allons expliquer aux malades comment jeûner en toute sécurité, comment prendre leur traitement dont l’insuline, l’auto surveillance des glycémies et la pratique d’une activité physique régulière”, a-t-il ajouté. Le même spécialiste a mis en avant l’importance d’un régime alimentaire et des analyses sanguines régulières, appelant les malades à la vigilance durant le jeûne faisant état d’une hausse de cas de déshydratation, d’hypoglycémie et d’hyperglycémie.
Les services des urgences de la wilaya reçoivent, durant le Ramadan, presque 50% de diabétiques en raison des complications du jeûne, a-t-il ajouté. Par ailleurs, cette journée a été aussi l’occasion pour le spécialiste en médecine interne, Dr. Zakaria Bensaoula d’expliquer à l’assistance le syndrome d’apnée du sommeil. Selon lui, cette maladie “est très fréquente mais méconnue” malheureusement par la population. Il a expliqué que la maladie est caractérisée par des ronflements suivis constamment par des coupures de respiration. Il a fait savoir également que parmi les autres symptômes évocateurs d’apnée, on peut citer le sommeil agité, les troubles de la respiration nocturne, somnolence dans la journée et la fatigue. Dans ce sens, le conférencier a exhorté les diabétiques à ne pas hésiter à interrompre le jeûne quand la glycémie est moins de 0.70g/L ou supérieure à 3g/L, même à quelques minutes de l’Adhan.