O. Degui

Une semaine entière s’est écoulée depuis qu’une canalisation des eaux usées avait éclaté sans qu’aucun élu ou responsable de la voirie d’APC ne daigne lancer les travaux de réparation nécessaires au grand dam de la population locale. Démission totale de cette nouvelle assemblée élue si comme l’élection d’une nouvelle APC n’est devenue qu’un acte routinier sans aucune prise sur la vie quotidienne des administrés et l’amélioration de leur cadre de vie. A un moment où les riverains, sévèrement touchés par ce qui est devenu une véritable catastrophe écologique, endurent le calvaire des odeurs nauséabondes, les élus se disputent les élections sénatoriales et négocient, lors de repas fastueux, leur choix et leurs voix. « Nous avons saisi l’APC ainsi que le maire depuis plus d’une semaine. Malheureusement, personne n’a osé entreprendre les réparations qui s’imposent pour éviter à nos enfants et nous éviter ce calvaire insupportable », déplorent les riverains. Il est vrai que les odeurs qui se dégagent de ce réseau d’assainissement sont insupportables dans un rayon de plus de 400 mètres, a-t-on relevé. « L’air est suffocant surtout en cette période de la Covid19 où les risques sont majeurs », notent les mêmes riverains qui estiment que l’APC de Chetouane dispose de tous les moyens pour intervenir dans ce genre de situation. Son parc est doté de matériels nécessaires mais les responsables et les décideurs locaux semblent préoccupés par des enjeux autres que les intérêts de leurs administrés. Les élèves scolarisés de la cité n’ont d’autre solution que de patauger dans les eaux usées avant de rejoindre les classes. Contactés, les habitants de ladite cité ont fait savoir que depuis des semaines, ils ont adressé plusieurs requêtes à qui de droit. «Après plusieurs saisines, les autorités n’ont rien fait que des promesses. Cette situation est due, selon un connaisseur, à l’urbanisation anarchique des piémonts surplombant les cités. Par temps sec, les odeurs nauséabondes se dégagent à la transversale tout au long de l’écoulement à ciel ouvert des eaux usées. «Depuis des semaines, le débit des eaux usées a considérablement augmenté», les citoyens des blocs I , J , 4 et 5. Les habitants ont, à plusieurs reprises, dénoncé ce problème, craignant pour la santé de leurs enfants. Certains affirment que leurs progénitures souffrent d’allergies et de dermatoses à cause de ce phénomène. En attendant, un geste salutaire de la part des autorités soulagera les habitants de la cité 270 logements qui se trouve juste en face au siège de la daïra et de l’APC de Chetouane. Les eaux usées, avec tous les risques de maladies qu’elles charrient, continuent de couler à flots et à ciel ouvert….