O. Degui

Les habitants de la commune de Tlemcen font toujours face au problème récurrent des fuites d’eau. Ce problème a été soulevé maintes fois, par les habitants de cette localité. Les services de l’Algérienne des eaux et ceux de l’APC ont été saisis à maintes reprises pour procéder à des travaux d’entretien et de réparation du réseau d’AEP mais en vain. Des résidents des quartiers populaires El Kiffane et d’Imama ont signalé les incessantes fuites de ce précieux liquide se déversant dans la nature. « Une énorme quantité d’eau coule sur la chaussée depuis des jours. Plusieurs requêtes ont été adressées à l’ADE et à l’APC, mais à ce jour aucune suite n’a été donnée à nos doléances», déplore un habitant rencontré sur les lieux. Ce dernier ajoute que « ce problème ne date pas d’aujourd’hui. Les services de l’APC avaient déjà procédé à sa réparation plusieurs fois. Mais, quelques jours après, le problème ressurgit de nouveau. C’est le réseau qui doit être complètement refait », a-t-il estimé. Du côté du quartier de Bouhennak, une énorme quantité d’eau est dilapidée. Les eaux atteignent l’entrée de la cité universitaire Bachir Ibrahimi. Selon un habitant de cette localité « depuis jeudi dernier, l’eau ne cesse de couler d’une conduite d’AEP vétuste qui nécessite une réparation. Les autorités locales doivent intervenir immédiatement pour entretenir ces fuites qui pénalisent fortement les habitants ». Le même constat est fait dans d’autres quartiers de Tlemcen. « Certaines fuites datent de 2019. Les services de l’ADE et ceux de l’APC ont été interpellés par les citoyens et le comité des quartiers afin d’intervenir et réparer le réseau.
Aucune de nos demandes n’a abouti », déplore encore un autre citoyen. La question est devenue préoccupante à l’heure où la persistance de la sécheresse et le manque de ressources hydriques exigent une plus sérieuse gestion de ce produit vital.