Y.Zahachi

La situation épidémiologique dans la wilaya de Mostaganem a connu, ces derniers temps, une augmentation importante du nombre de cas de personnes contaminées par le coronavirus. Pas moins de 391 nouveaux cas ont été enregistrés depuis le début de ce mois de janvier, outre les nombreux cas de ceux qui se soignent à domicile, a révélé le directeur local de la santé et de la population.
Il a ajouté que les hôpitaux enregistrent toujours des infections au variant, alors que l’infection se propage rapidement pour la plupart des infections au variant omicron, notamment chez les enfants. Face à cette situation et afin de préserver la santé publique, en accord avec les membres du commission de la sécurité sanitaire, le wali, Aïssa Boulahya, a pris plusieurs décisions dont l’interdiction des regroupements de personnes lors des funérailles, l’imposition de la distanciation et le port du masque dans les mosquées, la réactivation des campagnes de vaccination dans tous les centres de santé pour dépasser le taux de vaccination actuel qui est de l’ordre de 30,54%.
Le wali a également appelé les parents à confiner leurs enfants à la maison à la fin des cours ou des vacances scolaires.
Il a également instruit la directrice du commerce d’effectuer des sorties sur le terrain avec les services sécuritaires et d’intensifier les opérations de contrôle, notamment dans les espaces commerciaux à forte affluence du public, pour veiller sur le respect du protocole sanitaire mis en place pour la maîtrise de la situation. Pour sa part, le directeur de la jeunesse et des sports a été instruit de respecter la mesure de présentation du pass vaccinal pour accéder aux installations du secteur.
Les agents de la DSP, en collaboration avec les équipes des douanes, doivent vérifier la recevabilité de la vaccination pour les personnes venant de l’étranger via le port de Mostaganem alors qu’en matière des transports en communs, le Wali a demande au directeur du secteur de mobiliser des équipes pour le suivi du respect des mesures préventives , en termes de distanciation, port du masque et moyens de stérilisation. Enfin, pour ce qui est du souk populaire d’Aïn Sefra, le nouveau P/APC de Mostaganem a été instruit d’assainir la liste des bénéficiaires occupant cet espace en vue de la réorganisation de cet espace.
La situation de ce souk est anarchique et insalubre, le wali a rappelé que son aménagement a coûté la bagatelle de 30 millions de dinars, pris en charge sur le budget de l’Etat.