Kaid Omar

La nécessaire réalisation d’une gare routière est plus que primordiale. Une urgence ! Tous les Exécutifs communaux qui se sont succédé ont fait fi de l’importance de cet équipement urbain, un vecteur parmi les plus névralgiques. Autant les riverains résidents au quotidien que les transitaires de passage, sont frustrés de l’absence de commodités adéquates en la matière, pour réitérer pour la énième fois à qui de droit l’inévitable réalisation d’une gare routière à la hauteur de l’importance de la capitale de la corniche oranaise en quête d’un développement harmonieux touchant tous les secteurs de son épanouissement comme pôle attractif, touristique et urbanistique modernes. Le transport public étant le paramètre garant d’une cité balnéaire au diapason des aspirations des milliers de ses résidents et de millions de touristes qui y convergent en général et des riverains plus particulièrement. Ce sont plus de 80 000 âmes qui y vivent au quotidien, parmi lesquels des milliers de travailleurs, universitaires et autres prestataires des différents services publics et privés, sans omettre les nombreuses ménagères qui préfèrent se déplacer à El Bahia pour faire leurs emplettes. Une légitimité incontestable. La commune côtière d’Aïn El Turck, est en passe de devenir une agglomération importante au vu de son tissu urbain qui ne cesse de s’agrandir et d’une démographie galopante, ce qui influera à coup sûr sur son développement socio économique et surtout touristique.
Carrefour touristique depuis des lustres, aujourd’hui la ville ressent plus que jamais l’absence d’un équipement public d’envergure, symbole de transit routier multidirectionnel. L’actuelle station de bus, toutes destinations confondues, sise à la place publique Boukouirène (ex Vessas), se trouve en état de dégradation avancée et mal équipée. Les transporteurs stationnent des deux côtés de la route principale, bloquant, parfois totalement, la circulation. En effet et avec tout le flux des usagers qui empruntent les moyens de transport en commun et les multiples axes, dont Bousfer plage, Cap Falcon, le village agricole de Bousfer village, El Ançor et bien d’autres localités. Aïn El Türck en tant que pôle touristique, économique et agricole important et ses différentes structures de la santé publique, dont l’hôpital qui draine les malades qui y convergent de partout, ne dispose toujours pas de gare routière. De par sa situation stratégique en tant que plaque tournante de trafic, elle a grand besoin de ce genre d’infrastructures dans son espace urbain, qui gagnerait à être à la hauteur de ses aspirations urbaines. Son axe routier important, la RN12 en l’occurrence, draine quotidiennement des milliers de personnes venant de divers horizons, qui y transitent en tant que travailleurs. Les nombreux magasins et commerces, qui attirent des clients qui s’y rendent de partout, est un autre atout qui fait qu’elle soit la plus prisée des villes de l’ouest de la wilaya d’Oran. Ainsi, les citoyens de cette localité revendiquent l’inscription d’un projet d’une gare routière, qui devra donner l’image d’une ville ambitionnant à améliorer le cadre de vie des citoyens et qui permettra aux nombreux voyageurs de se déplacer dans de bonnes conditions sans faire le pied de grue sous la chaleur ou la pluie. Espérons que la nouvelle équipe municipale, puisse être la pionnière de bon augure à la grande joie des milliers de contribuables türckois en priorité et pour le bonheur de millions de touristes traditionnellement attendus.