A. Mohamed

Le bras de fer qui se poursuit entre les gestionnaires de la commune d’Oran et les concessionnaires privés assurant la collecte des ordures ménagères plonge la ville dans le chao, elle n’a jamais été aussi sale. Aucun quartier n’échappe à la décadence, même le centre ville qui constitue la carte postale d’Oran croule sous les ordures et ses coins de rues se sont transformés en décharges sauvages à ciel ouvert. Les agents de nettoiement de la commune relevant des secteurs urbain ou de la division de l’hygiène et de l’assainissement DHA, ou encore les quelques concessionnaires qui adhèrent aux opérations de volontariat sont dépassés par les tonnes d’ordures qui jonchent les rues. Prélever 800 tonnes d’ordures ménagères par jour pour la commune d’Oran reste insuffisant vu l’ampleur de la crise. Le wali d’Oran avait auparavant ordonné l’ouverture d’une enquête sur le dossier de la gestion des déchets dans la commune d’Oran, après avoir découvert que certains concessionnaires en contrat avec la commune d’Oran reçoivent leur argent pour des services non effectués, en ne présentant que des cartes grises de camions alors que d’autres concessionnaires, ont réalisé leur part de contrat et ne sont pas encore payés. Le problème du prélèvement des ordures ménagères dans la commune d’Oran et même dans la commune de Bir El Djir, est devenu un souci majeure pour les citoyens qui n’arrivent pas à trouver une explication à ce laisser aller de la part des responsables élus soient-ils ou représentants de l’administration qui font face à une crise aggravée par les pannes récurrentes des camions de collecte des communes et les grèves des concessionnaires privés et des travailleurs de l’EPIC Oran propreté. La crise de l’insalubrité a pris le dessus à Oran depuis la fin de l’année 2021, ni le wali, ni les élus n’ont pu y trouver une solution et ce n’est certainement pas les campagnes de volontariat qui règleront la situation qui va de mal en pis à quelque mois de la tenue des jeux méditerranéens en juin 2022 à Oran qui devra être propre pour l’occasion il y va de l’image de l’Algérie.