Boualem Belhadri

Durant l’exercice 2021, plusieurs entreprises détentrices de projets de réalisation de programmes de logements sociaux dans la wilaya d’Aïn Temouchent, se sont désistées.
Au total, il s’agit d’un parc de pas moins de 420 logements qui était en souffrance pour moult raisons. De bonne source, on apprend que la résiliation a été prononcée à tort des promoteurs immobiliers avérés défaillants. Ces programmes de logements sont localisés, pour la plupart, dans les communes d’Aïn Temouchent et Benisaf.
Ces deux collectivités totalisent, à elles seules, 200 logements confiés à deux promoteurs, mis en demeure à plusieurs reprises et par voie de presse. Le reste du programme, soit 220 unités, est réparti entre les communes de Sidi Ben Adda (80), Oued Sebbah (40), Aghlal (50), Terga (40). La procédure de résiliation à l’amiable ou au tort des promoteurs immobiliers, s’est étalée sur plusieurs mois notamment pour les entrepreneurs décédés et dont les héritiers n’ont pas trouvé un terrain d’entente pour terminer les travaux lancés et connaissant des retards importants dans la livraison des chantiers.
Et dans ce cas précis, lancer d’autres appels d’offres paraissait aux yeux du contractant l’issue idoine à poursuivre. L’année 2022 va connaître une relance des travaux des chantiers à l’arrêt. Déjà, un projet a été cédé de gré à gré à une entreprise publique après quatre appels d’offre infructueux.