Fakhreddine A.

Le deuxième trimestre de l’année scolaire qui a commencé il y a deux semaines, a été marqué par le nombre élevé de cas positifs au Covid-19 enregistré parmi les élèves, les enseignants et les agents administratifs. Une situation qui est préoccupante pour les parents, en dépit de toutes les mesures prises pour limiter la propagation du virus et la mise en quarantaine des cas d’élèves ou personnes suspects, surtout après la propagation du variant Omicron.
Aux paliers primaire, moyen et secondaire, de nombreux cas ont été décelés, alors que d’autres demeurent suspects en attendant les résultats du test PCR. Des enseignants ont affirmé que des élèves aux membres de la famille positifs au covid 19, ont continué à se rendre aux établissements scolaires mettant en danger leur camarade et les enseignants.
Plusieurs parties ont appelé le ministre de l’Education et son homologue de la Santé à se réunir pour évoquer la possibilité d’arrêt des cours jusqu’à nouvel ordre, afin de laisser passer cette vague qui atteint plus de 600 cas par jour. À Oran la courbe reste ascendante, avec 40 à 60 cas positifs enregistrés quotidiennement sur 300 à 400 tests effectués, selon les chiffres donnés par Dr Boukhari de la direction de la santé et de la population d’Oran.
Le spectre du variant Omicron plane sur les établissements scolaires qui sont en relais avec les foyers via les élèves et le personnel éducatif. Ce variant qui se propage à une grande vitesse met le monde entier sur le qui-vive. En Algérie, quelques semaines après la découverte du premier cas, le nombre des personnes porteuses de ce variant a grimpé 145 cas du variant Omicron (B.1.1.529) après les 82 nouveaux cas détectés, indique un communiqué de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA). “Dans la continuité des activités de séquençage effectuées au niveau du laboratoire de référence de l’Institut Pasteur d’Algérie, pour la détection des différents variants du virus SARS-CoV-2, nous signalons la détection de 82 nouveaux cas du variant Omicron (B.1.1.529), confirmés sur tests PCR positifs des concernés”, affirme le communiqué de l’IPA, indiquant que l’Algérie enregistre ainsi à ce jour un total de 145 cas confirmés de ce variant. L’IPA a tenu à souligner que “de plus en plus de nouveaux cas du variant Omicron sont enregistrés, parallèlement à la diminution du nombre de cas du variant Delta”. Ainsi, à ce jour, le variant Delta représente 67% des variants circulants, tandis qu’au 30 décembre dernier, il représentait 80%, contre 33 % pour le variant Omicron qui ne représentait que 10% à la même date, précise l’IPA, en réitérant son appel à la vigilance.