O.D

La rencontre qui a réuni, mardi, le wali de Tlemcen et les nouveaux élus locaux a été une opportunité d’évoquer la gestion des affaires de la cité et de poser les problèmes rencontrés dans la mise en œuvre des projets liés directement au quotidien des citoyens. En mettant l’accent sur l’animation locale et la maîtrise du lancement du processus de missions et du fonctionnement des APC, le chef de l’exécutif a annoncé l’organisation prochaine d’une session de formation au profit des élus portant sur la gestion optimale des collectivités locales. Cette rencontre avait pour ambition de tracer une feuille de route pour les nouveaux élus des 53 communes que compte la wilaya. L’amélioration du cadre de vie des citoyens, la prise en charge de leurs préoccupations quotidiennes, le développement local et la valorisation des biens communaux étaient les principaux axes débattus au cours de cette réunion. Ainsi il a été mis l’accent sur l’installation dans les plus brefs délais des différents exécutifs des APC afin d’avoir une harmonie dans la gestion des communes. Il est vrai que par le passé, l’absence d’harmonie dans la composition des exécutifs des APC avait conduit dans la plupart des cas à des blocages. Le wali a insisté aussi sur l’assainissement des listes des bénéficiaires d’aides et du couffin du mois de Ramadan tout en actualisant les listes et les comptes CCP. Les élus locaux ont, pour leur part, préconisé la création de marchés de proximité pour préserver le pouvoir d’achat durant le mois sacré. Concernant le volet développement et valorisation des biens communaux, le wali a insisté pour « un suivi rigoureux de tous les projets en cours de réalisation, d’activer les études en cours, de faire une prospection de toutes les potentialités des communes pour relancer l’investissement, de prendre en charge le volet scolaire dans tous ses aspects à savoir le chauffage, le transport et la cantine et enfin recenser et valoriser tous les biens communaux pour améliorer les recettes des communes ». Les maires ont également soulevé les problèmes du manque d’équipements dans les cantines scolaires, de l’étanchéité des salles de classe ainsi que de l’aménagement et la rénovation de certaines écoles. Les autres problèmes évoqués par les intervenants sont relatifs à l’absence d’ambulances et des postes de chauffeur de bus scolaire.