M. Ammani

A l’instar de certaines régions de l’Ouest, les greffiers de Maghnia ont observé, lundi et mardi, un sit-in devant l’entrée du tribunal de la ville pour revendiquer la satisfactions de leurs droits socioprofessionnels dont principalement la revalorisation du régime indemnitaire, le logement de fonction ou social, la révision du statut particulier et leur rattachement au ministère de la justice au lieu de la fonction publique ainsi que l’attribution des primes de la Covid-19, du panier et du transport. Ce corps semble déterminé à aller jusqu’au bout de sa contestation afin d’éviter les déceptions vaines des précédents débrayages. Les contestataires qui brandissaient des pancartes, refusent de croire aux promesses qui leur ont été faites car, estiment-ils, les engagements précédents n’ont pas été tenus. « Au niveau de la tutelle, des promesses nous ont été faites concernant l’augmentation des salaires et la révision du statut particulier mais en vain. Aussi, nous avons décidé à reprendre la contestation jusqu’à ce que nos revendications soient prises effectivement en considération », tiennent à préciser de nombreux contestataires à Cap Ouest.