Adel Mohamed

La situation des familles ayant squatté il y a 18 ans l’ancienne école primaire ‘’Tinazet Taher’’ à Eckmühl dans la délégation communale El Badr, est préoccupante. Ce squat provisoire a finalement duré près de deux décennies, sans que ces familles ne soient relogées dans des logements décents en dépit des nombreuses opérations effectuées dans les anciens quartiers de la ville. Ces familles qui ont trouvé un toit dans cette école primaire font face à la menace de l’amiante, cette matière cancérigène avec laquelle est construit cet établissement scolaire. C’est justement à cause de cette matière nocive que les responsables locaux ont décidé, il y 18 ans d’évacuer les élèves vers un nouveau établissement.
Les 10 familles de l’ex école « Tinazert Tahar », affirment qu’ils logent dans cette école depuis 2003, et qu’ils ont tous déposé des dossiers de demande de logements sociaux qui sont restées sont suite. « Les responsables du secteur urbain El Badr sont au courant de notre situation, notamment les responsables de la commune, qui nous ont promis de nous reloger mais n’ont jamais tenu promesse.».
Et d’ajouter, « nous n’avons pas été inclus dans le programme à point ni celui de l’éradication du vieux bâti alors que nous sommes autant en danger que les habitants des immeubles en péril.».
Ces 10 familles lancent un appel au nouveau maire d’Oran et au chef de la daïra afin de prendre leur cas en considération et de les sauver des baraques de l’amiante et de la mort.