Younes Zahachi

Ce mardi 14 Décembre 2021, le Ministre d’Etat et médiateur de la République, M.Brahim Merad a effectué une visite d’inspection et de travail à la wilaya de Mostaganem. L’objectif de cette visite a été d’identifier les projets d’investissement dont les travaux ont été achevé et ceux qui ne le sont pas encore pour diverses causes. Dans le cadre du tourisme, le Ministre a visité le Complexe Touristique « Zina Beach » visité dans la commune de Benabdelmalek Ramdane où M. Ahmed Guenaoui l’investisseur de cette entreprise hôtelière de 5 étoiles , lui ayant couté plus de 5 milliards de centimes, a évoqué un piétinement involontaire de quelques mètres carrées qui s’est traduit par une entrave de trois (03) années en plus d’un important préjudice financier à la limite d’une menace de faillite. Sur le volet industriel, M.Brahim Merad a visité le Complexe industriel (GIBS) à Mesra où est implantée la « Cablerie de Sidi Bendehiba » formant un groupe avec ses 09 autres filiales. Le PDG du groupe GISB, en l’occurrence, Mr B.Djilani Kobibi, a indique au Ministre Médiateur, l’inadaptation des lois relatives à l’importation des matières premières en tant que barrière douanière étouffante de la production nationale et notamment, la nouvelle instruction autorisant l’exportation des déchets non ferreux ( cuivre et aluminium) empêchant les fabricants à valoriser, sur place une matière première transformée. D’autre part, le PDG du groupe GISB a sollicité la régularisation statutaire de l’assiette foncière sur laquelle est implantée son Entreprise par « déclassement du statut agricole qui la grève ». Ont été visitées notamment, l’unité de fabrication de lampes LED et celle des transformateurs électriques sachant que ce complexe industriel est capable de soutenir le Marché national et même exporter ses produits finis sur le marché extérieur. Il a rappelé également que ce Groupe s’est investi dans l’exportation vers les pays des pays africains révélant au Médiateur qu’il manque des mécanismes financier fluides encourageant les rapatriements d’argent issus de l’export. Le Ministre d’Etat médiateur de la république à eu également à visiter un pôle de développement agricole au niveau du « bassin laitier » dans la zone de la Commune de « Haciane » où il a visité et inauguré la mise en service d’un transformateur électrique devant alimenter les unités des investisseurs de la région et qui a coûté à l’Etat, la bagatelle de 53 Milliards de centimes. Par ailleurs, le Ministre, M.Ibrahim Merad, a eu l’occasion de visiter la « Zone industrielle des Bordjias » où une présentation détaillée lui a été faite sur les opérations d’aménagement qui ont atteint 75%, par la même occasion, il a inspecté le projet de l’implantation de l’Entreprise « MIC » de fabrication métallique, prévue à l’intérieur de cette même zone qui, rappelons le est située à proximité de routes nationales, de l’autoroute Est-Ouest et du port mixte de Mostaganem.
Le rôle de l’administration dans l’accompagnement des investisseurs mis en avant
Animant un point de presse en marge de sa visite dans la wilaya de Mostaganem, Brahim Merad a souligné que cette nouvelle dynamique permettra la création d’emplois et de richesses profitables aux communes et aidera à l’insertion économique. “Il s’agira de faciliter la mission des investisseurs en les orientant et en accompagnant leurs projets dans divers domaines”, a-t-il souligné.
L’organe de médiateur de la République, a souligné M. Merad contribue à cette facilitation en aidant les investisseurs à signaler leurs préoccupations et à les suivre jusqu’à ce leur prise en charge de manière permanente et définitive, ce qui permettra d’améliorer les conditions d’investissement et d’améliorer le climat des affaires et de leur permettre de jouer leur rôle économique.
Il a également affirmé que le Président de la République envisage de relancer toutes les capacités nationales inexploitées et les utiliser pour développer l’économie nationale, réduire la facture des importations, doubler les capacités d’exportation et restaurer la confiance entre les jeunes et les institutions de leur pays.
“Cette démarche crédible vise un changement de la situation et nécessite de l’apport de tous pour dégager des solutions redynamisant l’économie nationale et permettre aux projets en suspens ou en arrêt d’entrer en phase d’exploitation”, a-t-il ajouté.