Younes Zahachi

En marge de la commémoration de la journée nationale du 11 Décembre 1960 et en prélude à la tenue de la 8ème édition du Festival national du « Chiir Malhoune », dédié au prince des poètes, le cheikh « Sidi Lakhdar Benkhelouf », qui aura lieu les 16,17 et 18 Décembre 2021, une conférence de presse a été animée le samedi 11 décembre par le Commissaire du Festival National de la Poesie « Melhoun », M. Abdelkader Bendamache, au niveau de la bibliothèque publique « Dr.Hadj Moulay Belhamici », sise dans la Citée des 400 logements. Cette rencontre a regroupé quelques journalistes, acteurs de la société civile et citoyens épris de ce patrimoine culturel, historique et authentiquement national faisant partie également de notre identité algérienne, maghrébine et arabo-islamique. Bien que cette 8ème édition se tiendra à l’ombre de conditions sanitaires particulière de lutte contre la propagation de la Covid 19, le Commissaire de ce Festival a indiqué « nous devons , encore une fois faire face au défi de défendre ce pan de notre patrimoine immatériel des manœuvres d’appropriation par les autorités d’un voisin qui sait que nous avons la légitimité absolue ». Par ailleurs, M.Abdelkader a indiqué qu’à l’occasion de ce 8ème festival du « Chiir Melhoun », l’évènement sera rehaussé par la mise en valeur par la sortie de l’ombre et de l’oubli, d’un autre grand poète qui est le cheikh « Habib Benguennoun » (1761-1864), originaire de Mascara. Rappelons que le Cheikh « Habib Benguennoune » a un répertoire de huit(08) Qacidate dont celle, intitulée « Dhalma », a été la plus connue car elle a été chantée par, Raymond Leyris, Hadj Mohamed Tahar Fergani, Cheikh Hamada et bien d’autres artistes de renom. Cet autre Cheikh du « Melhoune » a par ailleurs été honoré par sa désignation comme « Moqaddem de Sidi Lakhdar Benkhelouf » par l’un de ses amis issu de la lignée de « Sidi Lakhdar », en l’occurrence, El Hadj Lekhal Boufarma ». Le docteur Mohamed Merouani, Directeur de la Culture et des Arts de la Wilaya de Mostaganem, lui est qui est proche de la région du Dahra, a souligné pour sa part que3 ce patrimoine du « Chi’ir Melhoune » est un patrimoine réservoir de connaissances socioculturelles et de références historiques dont notre secteur, a le devoir de promouvoir et de protéger absolument