Fakhreddine A.

La commune de Hassi Bounif, est plongée depuis des années dans une anarchie totale qui caractérise plusieurs secteurs touchant de près la vie quotidienne de ses habitants, qui dénoncent un laisser-aller des responsables locaux, causant une situation compliquée et presque impossible à gérer.
Les premiers signes visibles de cette anarchie, est la multiplication du commerce informel en l’absence d’une volonté de réactiver les procédures légales pour exploiter les marchés couverts.
Dans le même cadre, les habitants s’indignent de l’incapacité des proposables à créer une station de bus et libérer la route principale et les rues secondaires asphyxiées par la circulation automobile causée par ce désordre des moyens de transports.
Le commerce anarchique a pris des proportions alarmantes, les marchands des fruits et légumes et toutes sortes de produits ont envahi la totalité des routes principales, notamment le boulevard Chahid Mahmoud, bloquant ainsi la circulation tout au long de la commune.
Jouxtant ce méga marché informel, les chauffeurs des bus ont pris possession des abords des routes transformés en stations et un terminus pour pas moins de 6 lignes de transport, dont ceux reliant Boufatis, Chahid Mahmoud, hai Khaled Ibn El Oualid, et hai Es Sabah.

Saleté aux abords des établissements scolaires

Cette situation a créé un blocage sans précédent du réseau routier dans la commune, alors que les habitants résidant à proximité de ce marché, et les élèves sont les plus touchés par la concentration des marchands à proximité des établissements scolaires. A ce titre, les parents d’élèves scolarisés à l’établissement scolaires ‘’Driss Mohamed’’, sis à proximité de la CNAS de Hassi Bounif, ont exprimé leur désarroi face à la multiplication des marchands informels qui cernent l’école de toutes part.
A la fin de la journée, les lieux se transforment en un gigantesque dépotoir à ciel ouvert, mettant en danger la santé des habitants par la prolifération de maladies. Paradoxalement, certains habitants ont révélé que ce marché présente des produits abordables et une aubaine devant un pouvoir d’achat de plus en plus faible. Les commerçants à leur tour ne se voient pas quitter les lieux devenus leur seul moyen de subvenir à leurs besoins et ceux de leurs familles.
Cette souffrance quotidienne des habitants de Hassi Bounif, ne date pas d’hier, en effet, les huit maires qui se sont succédé à la tête de l’APC durant ces quatre derniers mandats, n’ont pas pu résoudre les problèmes et aucun projet concret dans le secteur de transport et la résorption du commerce informel ne s’est développé.