Boualem Belhadri

Les vergers agrumicoles et les cultures maraîchères sont gorgés d’eau de pluie, visiblement les sillons regorgent d’eau ainsi que les cuvettes autour des arbres fruitiers, ce qui ralenti la cueillette. A travers les terres agricoles de la wilaya d’Ain Temouchent, nul ne peut se hasarder pour rentrer cueillir des fruits ou déterrer des pommes de terre et autres produits. A Ain Temouchent, ces derniers jours, les pluies accompagnées de froid, de grêle, de temps à autre, et de vent, ont forcé les agriculteurs à prendre du repos. Ceci n’a pas été sans impact sur les prix des fruits et légumes ainsi que d’autres denrées alimentaires qui sont montés crescendo.
Ainsi à Hammam Bou Hadjar et Ain Temouchent, la tomate, cédée à 200 da, a défrayé la chronique, la pomme de terre, vendue avant les intempéries, à 60 da a été payée à 100 da, la courgette criée à 100 da il y a, une semaine, a été taxée à 200 da, les dattes à 700 da, l’oignon à 70 da, la mandarine à 220 da, les choux à 180 da et les aubergines à 170 da …. S’agissant des autres denrées alimentaires, on notera que le bidon d’huile, se fait rare sur les étalages des grandes surfaces.
Les petits vendeurs, épiciers, notamment, le cèdent à 650 da alors que depuis peu il était offert à 540 da. Le poulet est pour sa part cédé à 420 D.A le kg, toujours loin du prix de 250 D.A le KG annoncé par le ministère de commerce et celui de l’agriculture. Le mois de décembre s’annonce rude et froid pour les ménages.