Mokhtar C.

Plusieurs passerelles « ponts pour piétons » en plein tissu urbain à Oran, se trouvent aujourd’hui dans un état lamentable, avec des structures détériorées par la rouille, présentant ainsi un grand risque pour les personnes qui les utilisent. En fait, la majorité de ces structures n’ont pas été entretenues depuis une trentaine d’années.
La passerelle reliant Carteaux et St-Eugène, est le parfait exemple, cette structure montre une fragilité à vue d’œil, avec l’érosion des plaques métalliques soutenant toute la structure. Les citoyens trouvent des plus incompréhensibles, Les Oranais déplorent l’absence d’une réaction de la part des responsables de l’APC et la direction des travaux publics pour entretenir ces passerelles et créer d’autres dans des endroits où la circulation est de plus denses s’agissant de voies rapides où les accidents de la circulation sont les plus mortels. Les responsables locaux, face aux coût élevé de réalisation des passerelles ont multiplié l’installation de ralentisseurs, souvent sans respect des normes, causant du tort aux automobilistes et étouffant davantage la circulation sur des routes déjà asphyxiées.