Linda Otsmane

« Les jeunes chômeurs peuvent dès maintenant déposer leur dossiers au niveau de l’agence local de l’emploi ANEM pour pouvoir bénéficier de l’allocation chômage qui sera accordée par l’Etat au début du mois de janvier 2022 prochain », telle est la déclaration faite par M. Slimani cadre supérieur au niveau de l’agence en question en marge du meeting qu’a eu lieu jeudi au centre culturel Les Jardin par les membres du parti « Front Moustakbal ». Selon la même source, l’opération d’inscription permettra de donner un recensement fiable du nombre des jeunes en chômage à Arzew pour une éventuelle réinsertion sociale surtout en ce moment où la ville s’apprête à s’ouvrir sur d’autres créneaux plus au moins incontournables comme le tourisme, la pêche et l’aquaculture. « Cette mesure a pour but de soutenir et accompagner la frange des chômeurs primo-demandeurs d’emploi sans revenu, en leur assurant le minimum d’une vie décente à travers un revenu susceptible de subvenir à leurs besoins de base, durant la phase de recherche d’un emploi », a-t-il expliqué. L’entrée en vigueur d’autres mécanismes d’emploi comme particulièrement le programme « Daip » contribuera efficacement dans la résorption du taux de chômage jugé alarmant en raison des lenteurs administratifs ou d’autres considérations inconcevables. « Notre objectif est de travailler en étroite collaboration avec la zone industrielle pour recevoir directement les offres qui seront affectées par la suite, d’une manière équitable, au profit des personnes répondant aux critères exigés loin de favoritisme ou de passe- droits », a-t-il soutenu. Lors de cette rencontre organisée, à avec la société civile, les intervenants ont déclaré que leur parti est le plus apte à gérer les problèmes que vit actuellement la capitale pétrochimique dans tous les domaines vu que sa composte englobe un nombre considérable de personnes hautement qualifiées dont des professeurs universitaires, des médecins, ainsi que d’autres cadres supérieurs exerçant dans des entreprises de renom.  « Actuellement, la ville d’Arzew est en train de subir les conséquences de la mauvaise gestion qui a duré plus de 20 ans et qui a pratiquement touché tous les domaines, preuve à l’appui, les chiffres alarmants des candidats à l’émigration clandestine. Un phénomène que continue à endeuiller les familles arzewiennes en l’absence d’une volonté réelle de la part des autorités locales pour contenir ce fléau en créant de nouvelles sources d’investissement, à titre d’exemple, pour justement aider les jeunes à mieux profiter des ressources locales existantes », dira Hakmi Bouhafs, directeur de la campagne électorale et membre du conseil national du parti.

Le député à l’APN Hami Kada du parti Front El Moustakbal, qui a également pris part à cette rencontre, a passé en revue son intervention lors du conseil des ministres où il a évoqué la nécessité d’instaurer d’autres mécanismes d’habitat au niveau du côté Est de la wilaya d’Oran. En Effet, l’intervenant a rappelé que tous les programmes actuellement en vigueur concernent uniquement le côté Ouest de la wilaya. S’agissant particulièrement des zones de Misserghine et Boutlélis, cependant aucun quota n’est prévu pour la partie Est de la wilaya d’où la nécessité d’orienter le futur programme AADL 3 et ce eu égard aux doléances jusque-là faites par de nombreux habitants qui ont évoqués le problème de l’éloignement des sites désignés pour abriter ce type de programmes surtout pour ceux habitants dans les zones de Hassi Mefsoukh, Arzew et Gdyel.