B.B

Les souscripteurs des 48 logements sociaux, à Chentouf, commune rattachée à la daïra de Hammam Bou Hadjar, ne décolèrent pas à ce qu’ils qualifient de « massacre » en rapport avec les malformations constatées lorsqu’ils se sont installés dans leurs nouveaux logements, le mois dernier. La liste des anomalies est assez longue : des murs des blocs lézardés, les plafonds suintent d’humidité, des infiltrations d’eau de pluie inondent les logements du rez-de-chaussée, les côtes des regards et des avaloirs élevées par rapport à celles de la chaussée. Aussi le raccordement aux réseaux d’eau potable et de gaz naturel accuse un retard inexplicable. Les souscripteurs demandent aux autorités de dépêcher une commission d’enquête pour relever les insuffisances et les malfaçons. Ils estiment que la réalisation de ces logements n’a pas été effectuée selon les normes de l’urbanisme et la construction. Les souscripteurs n’excluent pas le recours à la justice pour sanctionner les responsables de cette situation.