Fakhreddine A.

Parallèlement avec la saison hivernale, de nombreuses routes sont plongées dans l’obscurité totale en raison de la défaillance de l’éclairage public. Une preuve en plus pour le mandat médiocre des élus locaux dont la majorité postule à revenir dans les assemblées. En fait, la mauvaise qualité des lampes LED utilisées et le manque d’entretien des réseaux électriques seraient les premières causes de cette situation. « Les lampes LED sont couteuses car étant doté d’une durée de vie plus longue que celle des lampes normales, mais comme il y a triche dans la qualité, elles ne tiennent pas longtemps d’où l’obscurité dans des lieux pourtant doté d’un réseau de l’éclairage public , a expliqué un ex élu ajoutant, « le marché de l’éclairage public est le plus prisés dans les communes car étant fructueux. ». L’association algérienne de protection et d’orientation du consommateur (APOCE) a confirmé que des lampes LED en vente dans le marché local, présentent un danger pour la santé du consommateur et ne sont pas conformes aux normes et spécifications internationales. Le pire que ces produits sont présentés sur le marché en étant importés de l’étranger, d’où leurs prix très onéreux atteignant les 1500 DA pour l’unité. Cette arnaque a été signalée au ministère du Commerce avec à la clé, les résultats de l’expertise de 6 échantillons de ces produits. Le résultat de cette expertise est accablant, 5 des 6 marques soumises au test ne sont pas conformes aux spécifications en vigueur. Les services des douanes accentuent leurs opérations de contrôle, et ont même intercepté un conteneur chargé de Spots LED dont l’importation est interdite.
L’inspection a révélé que le produit n’est pas conforme aux normes, ce qui est considéré comme une violation à la loi conformément au décret exécutif n° 18-139.