O. Degui

Le Dr. Mourad Mégachou a été installé, mercredi, dans ses fonctions de nouveau recteur de l’université « Abou Bakr Belkaïd » de Tlemcen par le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Belaska Ismail, en remplacement du Dr. Megnounif Abdellatif . Lors d’une cérémonie organisée à l’auditorium de la faculté des Sciences de la vie et de la terre d’Imama, en présence du wali, des autorités locales et des membres de la communauté universitaire locales, le SG du MESRS a remercié l’ancien recteur pour les efforts consentis visant le développement de l’université de Tlemcen, soulignant que « la transition vers une étape d’enseignement de qualité répondant aux besoins du contexte socioéconomique est nécessaire. Le nouveau recteur doit disposer d’une feuille de route à même de créer une dynamique à laquelle doivent adhérer l’ensemble des enseignants, des travailleurs et des étudiants ». Cette feuille de route, a-t-il ajouté « doit prendre en compte la situation financière actuelle du pays, tout en s’inscrivant dans le cadre du programme sectoriel ». Le nouveau recteur, Mourad Mégachou, a occupé le poste de professeur puis vice-recteur avant d’être nommé recteur à l’université Djillali Lyabés de Sidi Belabbes. Lors de son installation, le nouveau recteur a déclaré à la presse qu’il oeuvrera pour une « université plus ouverte sur son environnement socio-économique afin de former des étudiants opérationnels dès leur sortie d’université », ajoutant qu’il ambitionne également d’aller vers « une meilleure qualité d’enseignement et une administration participative où toutes les composantes professionnelles de l’université auront leur mot à dire, pour atteindre les objectifs tracés ». L’université « Abou Bakr Belkaïd », qui compte plus de 45.000 étudiants répartis sur huit facultés et près de 5.000 travailleurs entre enseignants et fonctionnaires, est l’une des plus importantes au niveau national. Créée en 1974 comme centre universitaire avec trois filières seulement, elle assure actuellement plus de 70 spécialités et dispose de dizaines de laboratoires de recherche et autres structures scientifiques et de recherche à même de lui conférer un rôle plus important à jouer dans la relance économique, scientifique et sociale dans la région.