B.B
A Bouzedjar, une commune côtière par excellence, on assiste, ces derniers mois, à un développement de nouvelles activités économiques en dehors de la pêche et du tourisme balnéaire. Le retour de nombreux investisseurs au travail de la terre a permis à ces derniers d’apporter un capital d’expérience avéré dans le domaine agricole suscitant un intérêt en nette expansion pour certains créneaux. Sur les hauteurs des collines qui entourent la ville, des « pionniers » s’installent et apportent des valeurs ajoutées à l’activité agricole. C’est le cas d’un fellah qui a procédé à la mise en valeur d’une parcelle de terre de 9 hectares pour planter un verger de figues, une variété appelée « goutte d’or », pulpeuse et juteuse. Ce fellah, jouissant de la concession foncière, compte exporter cette figue, très demandée en Europe, sous ses formes fraîche ou séchée. Dans l’attente d’exploiter ce créneau, rentable à partir de la troisième année suivant le lancement du projet, l’investisseur prévoit de développer les créneaux de l’aviculture et des cultures intercalaires saisonnières.