O.DEGUI

Les coupures d’électricité dans la wilaya de Tlemcen sont devenues récurrents et reprennent de plus belle, depuis le début de l’été. En ce mois de septembre, elles ont touché plusieurs localités de la daïra de Chetouane. Le chef-lieu de daïra, avec ses 78.000 habitants, est la région la plus touchée par des perturbations dans les réseaux d’alimentation en électricité. Des citoyens s’indignent et dénoncent la mauvaise gestion du réseau électrique. Malgré toutes les assurances et les promesses des responsables de Sonelgaz de remédier à ce problème, la situation s’est aggravée en ce mois septembre, notamment en soirée, au moment même de la prière d’El-Ichaa. « Le réseau d’alimentation connaît des chutes de tension et des perturbations depuis le début de l’été. Les choses se sont aggravées, dés le début de ce mois. Après de multiples réclamations de la part des citoyens, les responsables compétents n’ont rien fait pour améliorer la qualité de service. A plusieurs reprises, nous étions contraints de dîner à la chandelle», s’indigne un habitant de cette ville. La direction locale de Sonelgaz a mis en place deux postes sources de haute tension afin d’éviter les coupures électriques, néanmoins la situation n’a pas trop changé. « À chaque hiver, des milliers de foyers de la ville de Chetouane et de sa région sont plongées dans le noir à la moindre perturbation climatique. En été, la situation reste identique alors qu’il n’y a ni vent ni averse», s’interroge un autre habitant. Par ailleurs, la direction locale de Sonelgaz explique ces chutes de tension par la multiplication des appareils de climatisation et de refroidissement utilisés à grande échelle par les ménages en cette période de fortes chaleurs. « Ces appareils utilisés consomment beaucoup d’énergie, d’où surviennent des pics de consommation», soulignera un responsable de Sonelgaz à Chetouane. Pourtant, l’État a consenti d’importants investissements pour l’installation de postes transformateurs, l’extension des réseaux d’électricité et du gaz naturel et la réalisation de centrales électriques. Malgré tous les efforts pour améliorer la qualité de services et les conditions de vie du citoyen, les dysfonctionnements persistent tout comme les pertes causées aux clients, les ménages, mais aussi aux commerçants comme les boulangers et les bouchers. Les pertes occasionnées à leurs activités sont nombreuses. Certains nécessaires l’octroi d’indemnisations pour compenser le manque à gagner.