M.C/H.B

La joie de la réception des logements par les souscripteurs au programme AADL a été éphémère aussitôt installés, les problèmes ont commencé à faire de leur quotidien un calvaire. Il y a eu le problème de la défaillance des installations d’électricité et d’arrivée de l’eau potable qui ont vite fait d’être réglés mais il y a encore plus grave dans ces cités. Le malaise réside dans l’insécurité qui règne depuis quelques jours. Les vols à la roulotte des voitures en stationnement, ou encore les vols par effractions et les cambriolages se multiplient. « Une bande de voleurs et d’agresseurs sévit dans nos cités dans l’absence totale des éléments sécuritaires.», disent les riverains qui invoquent carrément la présence de bandes criminelles organisées en activité au niveau du nouveau groupement urbain AADL. Ces derniers, lancent un appel aux autorités compétentes pour la création d’une sûreté urbaine et pour intensifier la présence et les rondes des policiers pour dissuader les voleurs. Le groupement urbain situé dans une zone éloignée, a en effet été la cible de plusieurs vols et agressions, les habitants ont tenté plusieurs fois avec divers moyens d’attirer l’attention des responsables sur cette situation mais aucun retour n’a été enregistré en dépit des multiples doléances. Selon les habitants, la cité est devenue un endroit propice et un lieu de rassemblement de bande de malfaiteurs, qui ne trouvent aucune gêne pour passer à l’acte et terroriser les citoyens innocents. « A chaque fois on apprend qu’il y a eu casse dans tel ou tel appartement, on ne peut s’absenter de nuit ou de jour, puisqu’il y a des cambriolages qui ont été signalés en plein jour.» se plaignent les habitants de ce groupement urbain. Nos interlocuteurs ont soulevé le problème de l’absence de l’éclairage public, l’obscurité qui règne de nuit faisant de la cité, un terrain propice pour les malfrats.

Une décharge orne l’entrée du pôle urbain Ahmed Zabana

Hormis l’insécurité et l’absence de l’éclairage public il y a un problème d’insalubrité au pôle urbain Ahmed Zabana. Le processus du prélèvement des ordures ménagères est défaillant dans les cités AADL constituant ce pôle. Ceci n’est pas propre à ces cités puisque la saleté caractérise tous les quartiers de la ville d’Oran et même les autres communes de la wilaya. Au pôle urbain Ahmed Zabana, les camions de prélèvement des ordures ne passent pas régulièrement, « Les camions de ramassage des ordures passent 01 fois tous les 10 jours. Vous imaginez le taux des ordures qui s’entasse en 10 jours, les odeurs qui s’en dégagent, les moustiques et les bestioles et rongeurs qui peuvent y trouver gite.», confiera une jeune maman cadre dans une banque qui se désole de la dégradation de l’environnement dans les cités AADL. Des habitants de cette cité, ont trouvé « la solution » à ce problème, ils jettent des ordures à l’entrée du pôle urbain Ahmed Zabana. « Certains ilots ne disposent même pas de bacs à ordures, nous sommes obligés de jeter nos ordures dans cette décharge afin que les responsables prennent conscience du problème de prélèvement des ordures. », justifient les riverains. En attendant la prise de conscience des responsables, une décharge sauvage orne l’entrée du pôle urbain Ahmed Zabana.