B.B

La direction des services agricoles (DSA), de la wilaya d’Ain Témouchent, a consacré, pour l’exercice 2021-2022, une superficie de 200 ha pour la culture du colza, une culture oléagineuse qui convient très bien au climat de la région, selon des techniciens habilités qui suivent de près le lancement de cette nouvelle filière.
Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, a donné des instructions pour accompagner les agriculteurs afin de réussir cette première campagne dans l’histoire du secteur. Aussi les critères de choix des candidats désirant adhérer au lancement du colza dans la wilaya d’Ain Témouchent ont été mis à la connaissance des céréaliers. L’agriculture a besoin de rotations dans lesquelles figurent des oléagineux, des cultures stratégiques et industrielles.
Pour une première au niveau local, la culture du Colza suscite un engouement chez les agriculteurs notamment les céréaliers qui l’ont introduite pour faire l’assolement avec les céréales et résorber ainsi la jachère. Si au niveau de 29 wilayas du pays, le programme quinquennal du développement de la filière du colza a démarré en 2020, à Ain Témouchent il a été lancé avec une année de retard pour des raisons que nous ignorons. Ainsi pas moins de 3000 ha ont été consacrés à la culture du colza dont 1000ha réservés à la production de la semence. Les céréaliers d’Ain Témouchent qui ont élargi des superficies destinées à ensemencer en colza disposent des moyens et veulent réaliser des rendements record comme pour le blé dur auquel plusieurs fellahs font partie du G50.