Chahmi B.

Une affaire d’impasse, une voie séparant un projet immobilier et la station s’essence d’El Barki perdure entre un promoteur et le patron de la station d’essence. Une affaire qui ne verra sûrement pas de sitôt le bout du tunnel !Pour statuer sur cette affaire une réunion a eu lieu hier au siège du secrétariat général sous la houlette de la commission de la circulation et du transport de la commune d’Oran, en présence des membres de la délégation communale El Makkari. Cette rencontre a eu lieu pour la réouverture de cette impasse à la demande du promoteur qui a expliqué qu’il y avait une impasse auparavant et que le propriétaire de cette station d’essence, a fermé sans l’aval des services compétents.Les représentants de la délégation communale El Makarri ont défendu ongles et becs le promoteur selon nos sources, sauf qu’ils n’ont pas été en mesure de présenter une preuve que l’impasse existait et que c’est le gérant de la station qui en a pris possession.Ils ont de ce fait, demandé à la division de l’urbanisme de présenter un document qui montre l’existence de cette voie entre le terrain du promoteur et la station d’essence pour lundi prochain. Il est indéniable de souligner que cette affaire est toujours sur les tablettes de la justice. Le litige entre le gérant de la station d’essence et le promoteur ne se limite pas à une voie ou une impasse, il est bien plus important, puisque même la propriété du terrain où le promoteur a inscrit la réalisation d’un ensemble immobilier promotionnel est contestée. Sauf que le promoteur est parti en justice contre le gérant de la station d’essence avec un dossier lourd constitué d’actes de propriété. Une réunion est prévue lundi prochain au même endroit, pour décider de la réouverture de l’impasse en cas de preuve de son existence avant l’installation du chantier du promoteur. Affaire à suivre.