Boualem Belhadri

Le secteur de la formation et l’enseignement professionnels, dans la wilaya d’Ain Temouchent, mène une véritable bataille pour qu’il soit au rendez-vous lors de la rentrée professionnelle 2021-2022.
Cette rentrée revêt un cachet particulier en termes des nouvelles filières à ouvrir. Viennent en premier plan celles relatives aux secteurs de l’agriculture, de la pêche et aquaculture, de l’artisanat et les services. Aussi, il est attendu l’ouverture de 2500 à 3000 postes pédagogiques, toutes filières et spécialités confondues. Cet élargissement va donner des occasions aux petites entreprises innovantes de rentrer en partenariat avec des promoteurs qui s’appuient aussi sur l’apport organisationnel, scientifique, managérial et réglementaire de la maison de l’entrepreneuriat qui n’arrive pas à sceller bien comme il faut les programmes d’appui et de mise en valeur de ces produits au profit des jeunes entrepreneurs qui cherchent les débouchées d’avenir leur permettant d’assurer des objectifs prometteurs. Aussi le secteur de la formation professionnelle a pour objectif d’assurer encore plus de postes à la formation résidentielle et l’apprentissage. Par ailleurs, la femme au foyer, la femme rurale et les pensionnaires des maisons de rééducation peuvent postuler pour la formation à la carte.