C.B/H.B

Dans une réunion tenue le mercredi dernier, le conseil syndical des travailleurs de la commune d’Oran, a remis sur le tapis le dossier du terrai « Cheklaoua ». Il s’agit du terrain qui abrite les logements sociaux de l’OPGI destinés aux postulants pour le programme « à point ». Ce terrain d’une superficie de 32 hectares est la propriété de la commune d’Oran selon des membres du conseil syndical, « L’acte de propriété du terrain est toujours au nom de la commune d’Oran et se trouve au niveau de la DRAG alors qu’une copie est à la Daira d’Oran.». Du temps de l’ex maire Djellouli, le terrain de Cheklaoua avait été retenu pour la réalisation de 255 logements pour les communaux, sauf qu’en 2014, ce terrain à l’emplacement stratégique a été cédé gratuitement sans aucune compensation, à l’OPGI pour abriter un projet de logements sociaux. Le conseil syndical de la commune d’Oran a décidé de demander une compensation pour ce terrain, sous forme d’un quota de logements pour les communaux sur le site en question. A ce propos le chef de la daira d’Oran, a précisé, « Le syndicat de la commune n’est pas en droit de demander une compensation au terrain céder pour utilité publique, seul l’APC peut demander une compensation financière. ». Le chef de la daira a ajouté, « Les communaux peuvent bénéficier de logements sociaux comme tout habitant de la wilaya d’Oran pour peu qu’ils aient déposé des demandes pour. ».