Fatima B.

Le ministre de l’intérieur des collectivités locales et de l’aménagement du territoire a déclaré dans la matinée de ce mardi, depuis la wilaya de Tizi Ouzou où il s’est rendu, président une délégation ministérielle dépêchée sur place pour soutenir les populations que « Ces incendies sont d’ordre criminel. « 50 incendies déclenchées en même temps ne peuvent être que d’ordre criminel. » a dit le ministre. De son coté le conservateur local des forêts, Youcef Ould Mohamed a déclaré que « le déclenchement simultané d’une trentaine de feux, dont dix importants, dans différentes communes de la wilaya le jour même ou un bulletin météorologique spécial (BMS) lance une alerte canicule, ne peut avoir une origine naturelle ».
“De par notre expérience, il est impossible que l’origine de ces départs de feux soit naturelle, il s’agit d’incendies criminels”, a-t-il dit.
Une cellule de crise a été installée au niveau du secrétariat général de la wilaya et les interventions des agents de la protection civile et de la conservation des forêts de Tizi-Ouzou épaulés par les éléments de l’armée nationale populaire, de la gendarmerie nationale et par de nombreux citoyens et appuyés par les moyens humains et matériels d’autres wilayas (Alger, Bouira, Boumerdes, Médéa, Bordj Bou Arreridj) se poursuivent la nuit de lundi à mardi afin de préserver, en priorité les vies humaines.
En effet, des villages dans plusieurs localités notamment à Ath Yenni et Larbaa N’Ath Irathen, se sont retrouvés cernés par les flammes, poussant les familles à fuir leurs maisons dans une atmosphère de panique.
Les différents corps en intervention sur le terrain se chargent de leur évacuation, alors qu’un élan de solidarité avec les familles sinistrées s’est spontanément mis en place.
Plusieurs particuliers se sont manifestés pour mettre à la disposition des familles dont les maisons ont brûlé, des appartements.
D’autres structures dont des salles des fêtes et des établissements de jeunesse ont été aussi préparées pour les accueillir, a-t-on appris des associations et autres initiateurs de ces actions.
Un bilan provisoire de la conservation des forêts fait état de quatre morts (deux à Ath Yenni, un à Azazga et un à Yakourene) et de trois blessés dans un grièvement brûlé, en plus d’importants dégâts matériels et des pertes énormes en couvert végétal, cheptel et arbres fruitiers notamment des oliviers.
La délégation conduite par le ministre de l’intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, s’est rendue à Ath Yenni, une commune qui a vécu une nuit apocalyptique et de panique lorsque des villages sont retrouvés piégés par les feux et où on déplore deux morts dont une jeune fille.
La délégation s’est également rendue à Takhoukht, où un important incendie à cerné la région durant la nuit de lundi à mardi, causant la fermeture de la route suite à la chute d’arbres brûlés.