Jalil M.

Des établissements de santé de proximité pris d’assaut, des chapiteaux submergés et des mosquée qui n’arrivent pas à répondre à la grande demande, telle est la constat de l’opération de vaccination à Oran où la hausse des cas de contamination a poussé les citoyens à aller se faire vacciner, du coup, les équipes médicales mobilisées sont dépassées. Afin de reprendre le contrôle de la situation, les responsables du ministère de la santé ont décidé d’élargir l’opération d’abord aux cliniques privées, et ensuite aux officines qui seront autorisées dès la semaine prochaine à administrer les doses de vaccin aux citoyens. C’est ce qu’a révélé hier le président du syndicat national des pharmaciens, affirmant que l’opération sera un véritable coup de main aux autorités sanitaires, puisque les pharmacies sont omniprésentes dans chaque commune. Des lots seront mis à la disposition des pharmaciens afin d’entamer l’opération dès les jours à venir. Les officines avaient déjà appelé la tutelle à les autoriser à effectuer des tests antigéniques, pour éviter aux citoyens les déplacements et la probable contamination d’autres personnes, soulignant que ces tests rapides antigéniques sont “disponibles et faciles à réaliser” au niveau des officines qui sont “convenablement” et “largement” réparties à travers le territoire national. Le Syndicat estime que cette démarche permettra également de faire le tri entre les vrais nouveaux cas Covid et les faux cas qui engendrent des situations de panique inutiles et des encombrements et saturations au niveau des hôpitaux et services d’urgence. La vaccination et les tests antigéniques au niveau des officines auront inévitablement des conséquences très positives sur le contrôle et la gestion des nouveaux cas Covid et la propagation du virus.