J.M

La situation épidémiologique à Oran comme dans plusieurs autres wilayas est préoccupante, ce qui nécessite plus de rigueur de la part des autorités du pays qui viennent de modifier l’horaire du début de confinement qui est désormais à partir de 23h00, avec plus de contrôle des mesures et gestes barrières dans les lieux publics. Le plus alarmant c’est que des citoyens ne semblent pas du tout impressionnés par le taux élevé enregistré chaque jour, et continuent à négliger la distanciation physique. Selon plusieurs observateurs, l’obligation de la vaccination est inévitable pour créer une immunité collective et éviter de perdre plus de vies ainsi que des mesures coercitives contre les contrevenants pour faire face au rebond du des cas de Covid-19. Le port du masque reste, en effet, la plus grande mesure appliquée à nouveau et qui va soumettre les citoyens qui n’obéissent pas à ces instructions à des amendes pouvant aller jusqu’à 10.000 DA à payer. Ces mesures n’épargnent pas les conducteurs et les passagers au sein des véhicules qui doivent eux aussi porter le masque. Ce durcissement des mesures de restriction, viennent après la montée crescendo des cas des variants du Covid classés préoccupants par l’institut Pasteur sur recommandation de l’OMS. En Algérie, il a été enregistré depuis le mois de juin dernier, un taux de 50.47% de cas du variant Alpha (B.1.1.7) et de 2.63% de cas du variant Delta (B.1.617.2). Pour ce qui est des variants classés d’intérêt (sous surveillance), il a été enregistré un taux de 44.18% de cas du variant Eta (B.1.525) et de 2.72% de cas du variant A.27 (récemment détecté). La vaccination reste tout de même le seul moyen efficace pour avoir une immunité collective au sein de la population, une immunité qui réduira jusqu’à 80% les risques de contamination, et même si la personne est atteinte, le risque ne sera pas élevé. Pour cela, les services de la direction de la santé à Oran appellent les Oranais à se rapprocher des établissements de santé de proximité (Polycliniques) afin de se faire vacciner et avoir ainsi la carte de vaccination, qui sera dans les semaines à venir obligatoire dans les lieux publics.