Younes Zahachi

Dans le cadre de la rationalisation de la transition énergétique et l’utilisation des énergies renouvelables et propres deux des conseillers techniques de l’organisme Allemand, spécialisé dans l’expertise de la gestion énergétique durable, le « Gesellschaft Fur Internationale Zusammenarbeit » ou GIZ, ont été les hôtes de l’Entreprise privée « E3C » du Groupe industriel privé de Sidi Bendehiba, le GISB, implanté à Mesra, a-t-on appris récemment. Le but de cette rencontre est de collabore dans la définition d’un « livre blanc de l’éclairage public » qui serait un guide de référence pour la normalisation de la consommation de l’éclairage public. D’ailleurs, cet organisme Allemand travaille déjà, en partenariat pluridimensionnel, avec l’Unité « Electronique Control And Conformity Center » (E3C), de Mesra, qui rappelons-le, produit des équipements d’éclairage, depuis son lancement, au cours du mois d’avril 2021. Les experts de la GIZ sont revenus cette fois pour tâter le terrain, proposant une éventuelle collaboration de leur part quant au développement des énergies renouvelables, à Mostaganem. Ces conseillers de la GIZ ont pu rencontrer, mardi, le Recteur de l’Université Abdelhamid Ben Badis (UABM), le Pr.Mostefa Belhakem et Mme H.Benouadnine, vice recteur chargée de la coopération internationale.
Avec ces derniers, ils ont discuté et échangé des points de vue sur l’opportunité et la faisabilité de la transition énergétiques, en terme de d’efficience énergétique, de défis climatiques et ce, dans la perspective d’aboutir a une éventuelle coopération avec des échanges mutuels d’expertises et d’informations sur la thématique de la transition énergétique. l’UMAB a, pour sa part, exprimé le vœu de faire inscrire des étudiants dans les projets en cours de GIZ tel que celui des ”Communes vertes” et ce pour des Masters Doctorats, pour la prochaine année universitaire.
Ces experts – conseillers de la GIZ se sont réunis également Mardi après midi, avec des responsables de l’APC Mostaganem abordant l’éventualité de concrétisation du projet culte de la GIZ, « Communes vertes », pour le concrétiser au niveau de la circonscription communale du chef lieu de Wilaya. Mais, pour se faire, un tel projet nécessiterait la mise en place d’un cadre technique, financier et réglementaire, comme plate-forme préalable a un nouveau plan énergétique où toutes les parties trouveront leur compte un intérêt « donnant-donnant » pour un produit en main. C’est semble- t-il, ce qui a été pris en considération lors de cette rencontre entre les deux parties intéressées, en question, selon ce qui a été rapporté par une source bien placée et digne de foi.