Boualem Belhadri

La multiplication des incidents aléatoires, que les professionnels de la santé enregistrent assez fréquemment dans les services qu’ils gèrent au niveau des hôpitaux et des urgences pour moult raisons, a suscité des préoccupations majeures face auxquelles les responsables de la santé publique ne sont pas restés de marbre, à plus d’un titre.
Ces aléas, parfois, engendrant des risques non des moindres et, souvent, causant des préjudices irréparables ont fait l’objet, depuis peu, dans le cadre de la formation continue, d’une journée de simulation initiée conjointement par les responsables de l’unité secondaire de la protection civile et de l’EPSP de la daira de Benisaf. De prime à bord, le personnel de l’EPSP (médecins et agents paramédicaux) ont eu des explications assez larges sur les premiers secours sur les lieux de travail en égard à l’importance et la nécessité de cette opération d’intérêt communautaire permettant de sauver des vies avant même de leurs évacuation aux UMC. Des enseignements ont été présentés aux médecins et aux agents paramédicaux en ce qui concerne les méthodes à prendre en cas d’incendie, dans n’importe quel service de l’hôpital. Deux échantillons distincts ont été pris comme référence. Le premier avait trait à sauver une victime à partir de l’entrée principale d’un service de médecine générale et le second à partir d’une fenêtre situé au second étage du même service. Cette première restera dans les annales des deux administrations. Elle est appelée à se développer et prendre des formes plus expressives dans d’autres domaines de secourisme, au niveau de l’hôpital ou en extramuros.