C.O

Sur les réseaux sociaux, de nombreux candidats à l’Assemblée populaire nationale, dans le cadre des listes de partis politiques ou d’indépendants, avaient lancé leurs campagnes virtuelles respectives quelques jours avant le début officiel de la campagne électorale pour ces élections législatives anticipées.
Meriem Saidan indique que Jil Jadid a décidé “d’inclure un QR code dans les affiches renvoyant directement au site internet et pages des réseaux sociaux du parti” pour avoir accès aux listes et à son programme.
De son côté, le directeur de cabinet du Tajamoue Amel El Jazair (Taj) a confié que son parti a accordé une grande importance à la communication sur les réseaux sociaux en “installant un responsable de la communication digitale dans chaque circonscription électorale”, estimant que cet outil peut “toucher un grand nombre de citoyens et de jeunes”.
Des professionnels de la communication estiment que ce procédé, moins couteux, peut avoir un “plus grand impact” que des affiches ou un meeting avec “moins de difficultés financières et logistiques”. Un simple vidéo peut toucher “un plus grand nombre de citoyens, à partir de chez eux, qu’un rassemblement dans un stade de football”, expliquent-ils.
Des espaces d’affichage installés par les collectivités locales demeurent peu exploités dans la capitale par les candidats aux législatives du 12 juin prochain, a-t-on constaté.
Alors que les campagnes d’affichage débordaient souvent en dehors des espaces réservés à cet effet, lors de précédents rendez-vous électoraux, quelques affiches de candidats tapissent les panneaux installés par les collectivités locales dans les rues et quartiers des villes.
Pas moins de 1483 listes électorales, dont 837 indépendantes et 646 listes de partis politiques, sont en lice pour les législatives du 12 juin prochain. La campagne électorale pour ce rendez-vous a été lancée jeudi 20 mai.