I. Yacine

L’occupation illégale des trottoirs à travers les différentes communes de la wilaya de Mascara n’est pas un phénomène nouveau mais il a évolué et a pris des proportions inquiétantes quant aux conséquences qu’elles entraînent pour les citoyens. Ces espaces destinés aux piétons sont devenus trop encombrés à cause des commerçants qui exposent leurs marchandises dont les fruits et légumes, les vêtements et mannequins de vitrines, les machines de rôtisserie et même de produits alimentaires à savoir le pain et le lait. Il y a lieu aussi de souligner que les occupants illégales de trottoirs ne sont pas uniquement ces commerçants qui étalent leurs marchandises, mais aussi des propriétaires de cafés, de fast-foods et de restaurants qui ont pris la fâcheuse habitude d’envahir l’espace public réservé aux passage piétons par la pose des chaises, des tables et pots de fleurs au détriment des piétons contraints à marcher sur la chaussée à leur risque et péril. Ce phénomène de squat des trottoirs s’est généralisé jusqu’à devenir chose banale ! Même la chaussée n’a pas été épargnée. Certaines ruelles se sont transformées, au vu et au su des autorités compétentes, en marchés quotidiens (Souk) ! En outre, des commerçants ont, tout simplement, posé des cageots des fruits et légumes, des chaises et autres objets hétéroclites devant leurs hanoute (boutiques) pour interdire les automobilistes de stationner. Devant cette situation qualifiée d’alarmante, le wali de Mascara, Abdelkhalek Souda, est appelé à intervenir et libérer les espaces publics du squat.